Alain Besse : le monsieur cinéma de la technique

Ajouté le 23 avr. 2019, par Florence Batisse-Pichet
Alain Besse : le monsieur cinéma de la technique

Alain Besse, 40 ans d’expertise son et image.
alain-besse-cinema-technique-homme-chapeau
Alain Besse, 40 ans d’expertise son et image. ©La Cage aux Fauves, Florence Brissard et Khris Houin

À 62 ans, Alain Besse vient de quitter la Commission Supérieure Technique (CST) au sein de laquelle, il a exercé les fonctions de coordinateur technique du Festival de Cannes de 2003 à 2017. Quand il ouvre sa boîte à souvenirs, c’est Cinéma Paradisio

La naissance d’une passion, le début d’une carrière…

Comme dans tout parcours, hasard et passion s’entremêlent. Quand Alain Besse s’inscrit à l’École nationale supérieure Louis Lumière, rien ne le prédestine au cinéma. Ce qui l’intéresse plus que tout, c’est la musique et le son. S’il n’était pas allé au cinéma, tous les jours à l’heure du déjeuner, pendant les deux ans de sa formation, peut-être n’aurait-il pas eu cette révélation.

Son diplôme en main, deux pistes s’offrent à lui comme premier emploi. L’une à la CST ; une autre, à Europe 1. Alors que son essai en radio est concluant, le télégramme lui confirmant son embauche est expédié chez ses parents en province. Trop tard ! Entre temps, il a donné son accord à la CST. Il y fera toute sa carrière. Pour les non-initiés, la CST est l’association créée en 1944, qui regroupe des techniciens chargés de missions de veille technologique, de recommandations techniques et de normalisation pour le compte du CNC. À l’époque, elle donnait la délivrance d’un quitus technique pour les ouvertures de salles de cinéma : il fallait justement mettre en place les procédures de contrôle de salles pour le CNC. Il est l’homme de la situation.

Le voici propulsé, à 23 ans, en charge du contrôle image, son et architecture de toutes les salles de cinéma de l’Hexagone. À son actif : près de 4 500 salles à raison de 2h par salle, hors séance ! De son expertise, il en a fait un guide de référence, édité depuis chez Dunod (2007). « Aujourd’hui, ce métier n’existe plus, explique-t-il, car les contrôles ne sont plus systématiques et le CNC fait désormais des marchés publics pour des contrôles ponctuels. ».

« Une période fabuleuse : le Festival de Cannes »

Quand en 1984, le Festival de Cannes crée une direction technique des projections, Alain Besse s’organise pour programmer des contrôles de salles en région PACA. Cela lui permet de vivre de l’intérieur la magie des projections.

Au fil des années, il apprend le métier au contact de ses collègues. Quand les anciens partent en retraite, d’office, on lui propose de rejoindre l’équipe permanente et en 2003, il est nommé responsable. Avec respect, il se souvient de « Monsieur Gilles Jacob » qui lui a appris que son travail était autant relationnel que technique, et qu’il lui fallait surtout rassurer les réalisateurs ! Le rythme est soutenu : « En 12 jours, on assure 1 600 projections sur 1 400 films. Cela représente 3 mois de travail. Il m’est arrivé de manager 90 personnes, uniquement pour les 25 salles de projection. ». Sur les répétitions de nuit aux côtés des réalisateurs, il n’est pas avare de confidences. « Au total, j’ai dû en faire 600. Les réalisateurs me connaissent bien. ».

En 2002, quelques jours avant le début du Festival, Roman Polanski l’appelle sur son portable : il veut faire une projection pour vérifier le sous-titrage. Ils se retrouvent à cinq - le chef opérateur, l’ingénieur du son, le consultant dolby, Polanski et lui - dans la grande salle : « On ne s’est pas assis et il m’a expliqué chaque scène de son film. C’était « Le Pianiste ». Un moment inoubliable. ».

Résolument optimiste sur l’avenir du 7e Art

Les périodes de crise et d’évolution du cinéma, Alain Besse les a vécues de l’intérieur. En effet, la CST établissait les textes de référence et de régulation. Sur l’avenir du 7e Art, il reste optimiste : « Aujourd’hui, il y a 5 600 salles ; dans la pire période, on est descendu à 4 100 salles. Avec 210 millions d’entrées, le cinéma se porte plutôt bien. Netflix n’est qu’un concurrent de plus. Quand on disait que le cinéma allait disparaître, les gens sont finalement revenus dans la salle… ». En revanche, son cheval de bataille, que la définition de cinéma comme « salle de spectacle cinématographique » soit respectée.

Quant au numérique, Alain Besse en a suivi les prémisses. C’est lui qui en 2006, a rédigé le premier texte de la norme AFNOR sur la projection numérique. Celle-ci sera suivie d’une norme internationale en 2008, avant d’être intégrée dans la loi numérique votée en 2010. « Aujourd’hui, 98% des films sont en numérique, rappelle-t-il, même si certains réalisateurs fans de pellicules continuent en 35 mm, comme Quentin Tarentino qui reste également fidèle au 70 mm. ».

Et de conclure, en guise de souhait :

« Il faut que dans les salles de cinéma, il y ait des applaudissements, qu’on consomme et que ça bouge ! La France est le seul pays au monde où l’on a une culture quasi religieuse de la salle : on se sent agressé au moindre bruit. Au Pathé la Villette, je viens de tester la « salle mômes » avec des méridiennes : c’est génial. L’avenir, au-delà de l’aspect technologique, c’est la diversification … ».
 


picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
L’agenda culturel se poursuit ce mois-ci pour défendre l’industrie de la création....


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
21 oct.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
L'abattement pour frais professionnels
21 octobre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : Le réseau professionnel
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?