Accessibilité et culture : Rencontre avec Paul Rondin, directeur délégué du festival d'Avignon

Ajouté le 07 juil. 2022, par Audiens Le Média
Accessibilité et culture : Rencontre avec Paul Rondin, directeur délégué du festival d'Avignon

Paul Rondin, directeur délégué du festival d'Avignon.
Paul Rondin, directeur délégué du festival d'Avignon.
Paul Rondin, directeur délégué du festival d'Avignon. ©Studio Wildbee / Forty-two stories

L’ouverture du Festival d’Avignon le 7 juillet est l’occasion d’interviewer Paul Rondin, directeur délégué du Festival, sur l’accompagnement d’Audiens via la Mission Handicap du spectacle vivant et enregistré auprès des personnels et de l’accueil du public en situation de handicap.

Depuis quand le Festival est-il accompagné par Audiens et la Mission Handicap ?

Cela fait plus de 9 ans que nous sommes accompagnés par Audiens et depuis deux ans avec la Mission Handicap. Nous avions déjà mis des actions en place et au fil du temps, certains recrutements ont accéléré notre engagement sur ces questions.

Ce partenariat nous permet de satisfaire et même aller au-delà de l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés. Cela passe par de la sensibilisation sur le handicap et des aides financières, techniques et humaines pour embaucher ces travailleurs. Cela passe aussi par un travail sur les fiches de postes et les réseaux de recrutements et l’accompagnement des personnes en situation de handicap pour faciliter leur réinsertion avec un soutien personnalisé.

Chez Audiens nous avons trouvé une compétence et une compréhension réciproque avec la possibilité de faire évoluer les choses, de discuter et de s’améliorer. C’était évident pour nous de travailler avec eux.

Quel est l’objectif du festival concernant l’accueil des publics handicapés ?

Notre objectif c’est la démocratisation du spectacle, d’avoir une égalité d’accès et donc de devenir accessible au plus grand nombre. Cela fait partie de l’ADN du festival depuis 1947, donc c’est une évidence absolue pour nous, pour que ce festival appartienne à toutes et à tous.

Il ne faut pas penser que l’on s’adapte uniquement pour les personnes en situation de handicap, on le fait aussi pour tous les autres publics, par exemple les personnes en perte d’autonomie. Ce que l’on fait pour les personnes en situation de handicap bénéficie à tout le monde finalement.

Qu’avez-vous mis en place récemment pour l’accueil de ces publics ?

Le festival a lieu dans une ville qui est un site patrimonial, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et donc immodifiable, ce qui rend l’exercice plus compliqué mais d’autant plus passionnant. Par exemple nous avons intégralement remplacé la cour d’honneur l’année dernière, pour que n’importe quel spectateur puisse voir et entendre quelle que soit sa place et qu’elle soit le plus accessible possible.

Surtout nous avons conçu la FabricA, qui en plus de ce travail sur l’accessibilité, est un lieu de sensibilisation, notamment avec des maquettes tactiles. Concrètement cela passe par un travail sur les sols pour les rendre pratiques : non glissant et sans obstacles pour les PMR, ce sont des spectacles en audiodescription ou sous-titrés, une signalétique repensée et surtout du personnel d’accueil et de billetterie sensibilisé et formé. Ce sont aussi des outils d’informations adaptés et un site internet pensé différemment.

Il reste encore des choses à faire et à améliorer mais déjà si l’on peut servir d’exemple pour d’autres évènements, on peut en être fier car c’est aussi notre mission de service public.

Vous avez co-organisé avec Audiens la première rencontre pour l’emploi des travailleurs handicapés dans le secteur culturel, qu’en retenez-vous ? 

Quand on a co-organisé cette première rencontre, cela a totalement changé notre vision et le regard que l’on portait sur cette question. On a compris que nous n’étions plus seuls face à cette situation qui peut intimider, parce qu’on a peur de mal faire alors même que l’on veut bien faire.

Cela nous a permis d’accueillir des personnes qui sont généralement très éloignées de la culture. Pouvoir les inclure nous donne la possibilité de voir plus large et d’être sereins. Cela permet aussi de révéler des emplois liés à la culture et auxquels on ne pense pas comme ceux dédiés à l’accueil du public.

Au-delà, je crois que l’on a rendu normal le fait d’organiser des rencontres entre les entreprises et les travailleurs handicapés.

Comment mettre en avant le travail des personnes en situation de handicap ?

Nous avons un outil très puissant au festival d’Avignon, c’est la programmation, c’est-à-dire commander des spectacles joués par des comédiens qui sont dans cette situation. C’est un vrai choix artistique qui nous permet de mettre en avant des talents qui ont du mal à avoir de la visibilité. Certains pourraient penser qu’on ne peut pas être handicapé et comédien professionnel, on va démontrer que l’un n’empêche pas l’autre.

Quelles sont les valeurs communes au festival d’Avignon et Audiens ?

Si l’on continue de faire confiance à Audiens depuis toutes ces années, ce n’est pas juste une question de confiance et de compétence, c’est une question de vision commune du sens de notre action. Nous avons comme eux à cœur d’être au service de l’intérêt général et de parler de manière transversale à des filières différentes au-delà du spectacle vivant, comme l’audiovisuel et la presse.

Sur ses sujets d’accessibilité et d’accueil des publics handicapés, Audiens a la compétence et nous avons l’expérience. En résumé, pour le Festival d’Avignon comme pour Audiens, c’est une évidence, on ne se demande pas si on va le faire mais comment on peut mieux le faire.

Retrouvez le programme d’Audiens au festival d’Avignon ici.

 

 

Pour aller plus loin : 

MISSION HANDICAP DU SPECTACLE VIVANT ET ENREGISTRE

Créée en partenariat avec l’Agefiph, son objectif est de favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap avec un périmètre élargi aux secteurs de l’audiovisuel, du cinéma, du spectacle vivant, des prestations techniques, de la radio, de l’édition musicale et phonographique et de la production audiovisuelle. Elle aide les entreprises à recruter des personnes en situation de handicap et à aménager leur poste de travail, en mettant à leur disposition toutes les informations utiles sur le sujet. Audiens en assure la gestion.

En 2021, la Mission Handicap a accompagné 50 entreprises et plus de 150 professionnels. 790 entreprises et partenaires institutionnels ont participé à des actions de sensibilisation.

Biographie de Paul Rondin

Né en 1971, Paul Rondin suit tout d’abord une formation littéraire pour se diriger ensuite vers les arts du spectacle (sous la direction de Robert Abirached), tout en accompagnant son cursus de formations complémentaires en gestion des institutions culturelles et sciences politiques. 

En 1988, dans la mouvance dite alternative, il crée un festival pluridisciplinaire et anime une association qui accompagne et met en œuvre des projets culturels.

De 1994 à 1996 il est gestionnaire au service théâtre de la DRAC d’Ile-de- France au ministère de la Culture, puis chargé de mission à l’AFAA (ministère des Affaires étrangères).

Il décide ensuite de se mettre au service des projets artistiques de Balazs Gera et François Lazaro.

Il participe par ailleurs à un certain nombre d'aventures éditoriales et effectue des missions pour diverses structures, notamment des revues et des éditeurs.

C’est en 2000 qu’il devient administrateur du Centre Dramatique National d’Orléans, sous la direction d’Olivier Py, jusqu’en 2007.

Au cours de cette période, il s’engage également aux côtés du Parlement International des Ecrivains.

En 2007, il rejoint Olivier Py à l’Odéon-Théâtre de l’Europe pour en devenir le secrétaire général jusqu’à l’automne 2012. 

Après une mission de préfiguration du Festival d’Avignon, il en devient le directeur délégué à partir du 1er septembre 2013. En 2018 il reçoit un second mandat à la direction du Festival. 

Il cofonde en 2014 la French Tech Culture, intervient dans de nombreux colloques en France et à l’étranger sur des sujets de politique culturelle et traitant du rapport numérique/culture.

Il a été avec Catherine Courtet (Agence Nationale de la Recherche) à l’initiative des Rencontres Recherche et Création

Il est co-président de France Festivals et président de l’ERACM.

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
En avant la Musique ! Voici la nouvelle exposition du Musée en Herbe en partenariat...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
21 oct.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Réussir votre OETH avant fin 2022
21 octobre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : L’auto-entrepreneuriat
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?