Comment accompagner le deuil ?

Ajouté le 26 oct. 2020, par Sarah Nicaise, thérapeute du deuil
Comment accompagner le deuil ?

Intervention de Christophe Fauré, aux côtés de Sarah Nicaise, à l’occasion du colloque qui s’est tenu en 2016.
Intervention de Christophe Fauré, aux côtés de Sarah Nicaise, à l’occasion du colloque qui s’est tenu en 2016.
Intervention de Christophe Fauré, aux côtés de Sarah Nicaise, à l’occasion du colloque qui s’est tenu en 2016. ©Erwan Floc’h

Depuis le déconfinement, Audiens propose un accompagnement spécifique pour traverser l’épreuve du deuil rendue encore plus douloureuse en cette période particulière.

  • Le séminaire « Accompagnement à la perte d'un être cher » permet à ceux et celles concernés par la perte d’un proche, d’échanger et de renouer du lien avec soi-même à travers un travail de groupe constitué d’une dizaine de participants.
    Pour toute demande d’information ou participation, contactez sandrine.delgrange@audiens.org.
  • Cet événement intègre un accompagnement plus global d’Audiens sur le deuil à découvrir ici

Sarah Nicaise, thérapeute du deuil, anime le colloque « Les chemins du deuil » depuis 20 ans. Elle s'exprime sur le traumatisme que représente la perte d'un être cher en cette période inédite : 

Les rites et le temps du deuil entravés par la Covid-19

Si la mort fait partie de la vie, la Covid-19 fait partie d’un projet mortifère.
N’a-t-on pas condamné le défunt à une disparition anonyme, à une liquidation de sa mémoire, du fait d’un risque de contamination ? N’a-t-on pas envisagé de discriminer les personnes à risques du fait de leur âge ou de leur état de santé ? 
Durant le confinement, le deuil a été compliqué par une douleur particulière due au contexte de l’épidémie et des obligations sanitaires impliquant des cérémonies restreintes, une interdiction à voir le corps, des obsèques et des enterrements reportés.

Comment faire le deuil sans voir le corps ?

Les survivants, certes saufs, mais amputés par la douleur de la séparation et de la culpabilité, ont été enfermés dans le silence, l’incompréhension, l’isolement.

L’absence de visite en Ehpad, l’impossibilité d’avoir pu être proche, a rendu et rend encore aujourd’hui le deuil compliqué en accentuant anormalement le déni, c’est-à-dire cette période où vous êtes dans l’incapacité émotionnelle d’admettre cette douloureuse réalité de la disparition.

Sans recueillement ni adieux, la négation du lien affectif du proche avec le défunt a été renforcée, l’intimité jusque-là partagée (avec l’époux, la mère, le grand-père, la sœur ou l’ami), disloquée au nom d’une interdiction sanitaire ressentie comme punitive et injuste. À la culpabilité s’est alors ajoutée la colère.

Savoir que le proche était mort seul, sans personne, a été vécu comme une disparition, un vol, au moment où le corps anonyme, invisible a été dérobé sous une housse blanche pour sortir de l’hôpital…

Toutes ses émotions se sont bousculées. Elles ont entravé le chemin du deuil tout en prolongeant l’état de choc.

Comment faire son deuil sans enterrement ?

Avec le contexte de crise sanitaire et de confinement, le deuil a été d'autant plus difficile que la volonté du défunt dévolue à la famille n’a pas pu être respectée.

Les familles ont été privées des rituels nécessaires pour dire adieu, pour laisser partir le corps de la personne aimée : les cérémonies ont été limitées à 20 personnes (employés des pompes funèbres compris), parfois même, interdites, et les rites funéraires ont été inexistants car assister à la mise en bière ou à la crémation n’a pas toujours été possible. Les chambres funéraires ont vite été surchargées (pour les désengorger, un des bâtiments du Marché d'intérêt national de Rungis a été réquisitionné pour être aménagé en morgue, sans que les familles n’en soient informées). Les cimetières ont été fermés, les registres de condoléances supprimés... 

Tout lien a été rompu jusqu’au dernier moment, la vie a été fracturée laissant l’endeuillé seul face au manque.

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
Dans quelques jours, les Français vont se retrouver en famille. Public Santé France...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
18 déc.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Les obligations réglementaires de fin d'année
18 déc - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?