Comment la pandémie a aggravé la situation des proches aidants

Ajouté le 17 août 2021, par Alexandre Faure
Comment la pandémie a aggravé la situation des proches aidants

En France, 58 % des aidants estiment que la pandémie a détérioré leur santé émotionnelle/mentale.
En France, 58 % des aidants estiment que la pandémie a détérioré leur santé émotionnelle/mentale.
En France, 58 % des aidants estiment que la pandémie a détérioré leur santé émotionnelle/mentale. ©Sladic

63 millions c’est le nombre de proches aidants dans le monde. 63 millions de personnes s’occupent tous les jours de leur conjoint(e), parent(s), enfant(s), ami(s)...

C’est une charge autant mentale que physique qu’ils sont prêts à supporter quotidiennement pour venir en aide à leur(s) proche(s) en situation de maladie, de handicap ou de perte d’autonomie.
Cependant, ces actes du quotidien ne sont pas sans conséquences. Le bien-être physique et mental des aidants passe au second plan et ils peuvent, à terme, développer eux-mêmes des maladies graves dues au stress et à l’épuisement.
Par exemple, les contraintes financières pour s’occuper d’une personne atteinte de troubles cognitifs permanents sont lourdes et peuvent détériorer les situations économiques des foyers qui se retrouvent eux-mêmes dans une grande précarité.
Ces situations stressantes, cela fait bien longtemps qu’elles existent. Elles sont pourtant méconnues car elles concernent le foyer, la famille, le domicile. Ce sont des choses de l’ordre du privé qui ne se voient pas.

Infographie_Audiens_COVID.png

 

L’étude Internationale par Embracing Carers

Pour mettre en lumière ces situations, Embracing Carers a élaboré en 2020 l’indice de bien-être des aidants, qui mesure les différents facteurs pouvant influer sur leur santé mentale et physique.
Parce que leurs situations sont invisibilisées, 95 % des aidants estiment que leur rôle n’est pas reconnu par la société et qu’ils manquent cruellement de soutien de la part des pouvoirs publics. Ils sont 96 % à penser que davantage de ressources devraient être mises à leur disposition pour leur santé et leur bien-être.

Les répercussions de la crise Covid-19

L’onde de choc de la pandémie de 2020 a mis un coup de projecteur sur la fragilité des systèmes de santé partout dans le monde. Elle a aussi intensifié la pression que subissent les aidants et a considérablement affecté leur bien-être économique, physique et psychologique.

Lorsque les hôpitaux ont demandé aux familles de venir chercher leurs proches pour libérer des lits, lorsque les infirmières et infirmiers libéraux ont été réquisitionnés, lorsque les instituts médicaux éducatifs ont fermé leurs portes, lorsque les aides à domicile n’ont pas pu passer… Les aidants ont agi comme des co-soignants. Ils ont soutenu le système de santé en accueillant leurs proches chez eux et en effectuant les gestes médicaux dont ils avaient besoin.

Claudie Kulak, co-fondatrice et directrice générale de La Compagnie des Aidants et présidente du collectif associatif JE T’AIDE

L’impact de la pandémie a eu de lourdes répercussions sur la santé physique et mentale des aidants. En cause : la nécessité d'accorder plus de temps à leur proche et des responsabilités accrues, avec des nouvelles tâches comme l’administration des soins.
Le risque à long terme est une vague de burn-out des aidants à cause de l’épuisement émotionnel dans lequel ils se trouvent.
En France, 58 % des aidants estiment que la pandémie a détérioré leur santé émotionnelle/mentale. 49 % des aidants estiment que la pandémie a détérioré leur santé physique
L’un des plus grands problèmes rencontrés en tant qu’aidant pendant la pandémie est le manque de soutien et de ressources de la part de l’État (soutien financier ou services sociaux) alors que 55 % des aidants déclarent que la pandémie a détérioré leur santé financière.

Les femmes font face à de plus grands obstacles

À ces difficultés s’ajoutent une inégalité de genre : les femmes aidantes dans le monde sont plus sévèrement touchées, aussi bien au niveau de leur état de santé, que de leur situation financière.
Elles sont confrontées à des obstacles plus importants sur la dispense de soins, sur le temps passé auprès de leurs proches et, par conséquent, sur leur carrière et leur situation financière.
La sortie de crise ne résoudra pas les difficultés. Au contraire, les préoccupations des aidants vont au-delà de la menace d’une infection au Covid-19.
Il existe plusieurs facteurs de stress :

  • inquiétude liée à la réouverture des commerces et des levées de restrictions
  • inquiétude liée au retour sur le lieu de travail à plein temps en plus du rôle d’aidant
  • inquiétude liée à l’accès aux soins et aux établissements médico-sociaux.

Le rôle à jouer des acteurs publics et privés

En France, comme ailleurs, les acteurs publics et privés ont un rôle à jouer pour limiter l’impact de la pandémie sur les aidants. Ils doivent pouvoir bénéficier d’un soutien ciblé et permanent pour que l’aide apportée ne devienne pas un risque de précarisation ou de mise en péril de leur santé.
50 % des répondants à l’enquête sont d’accord : les dispositifs financiers mis à leur disposition par l’État et/ou les administrations régionales sont indispensables pour leur permettre de prodiguer correctement les soins nécessaires.

La question demeure : qui prend soin des aidants ?

Les aidants ont besoin d’aide pour pouvoir s’occuper correctement de leur proche. D’autant plus que leurs responsabilités se sont accentuées, en particulier sur l’administration des soins.
Depuis le début de la pandémie, le recours à la télémédecine a explosé : prise de rendez-vous, consultations, téléassistance, démarches administratives en ligne…
Les nouvelles technologies peuvent faciliter le quotidien des aidants et des aidés, si tant est qu’ils savent les utiliser.
52 % des aidants en France ont besoin de conseils/formations supplémentaires sur la façon d’utiliser les outils/applications mobiles de télésanté/en ligne pour la dispense de soins
De nouveaux outils ont été développés grâce à l’innovation et la recherche d’acteurs privés et publics. Cependant, on constate un manque d’information et de formation sur ces nouveaux outils qui à terme pourraient répondre aux difficultés rencontrées :

  • aider à préserver le bien-être physique et psychologique des aidants
  • minimiser les coûts de la prise en charge
  • apporter des informations sur les dispositifs à mettre en place.

L’anticipation permet de rester libre de ses choix. L’enjeu aujourd’hui est de comprendre qu’il est particulièrement difficile d’anticiper son rôle d’aidant et l’impact que cela aura sur sa propre santé, sa vie sociale et sur ses finances.
C’est pourquoi il est nécessaire de mettre en lumière les soutiens dont ils peuvent bénéficier mais également de trouver d’autres solutions qui viendront faciliter leur quotidien.

 

Lire l’intégralité de l’enquête ici.
 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
L'année 2021 a été marquée par des confinements et le couvre-feu obligeant les salles...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
27 mai
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Maitriser le Document Unique d’Evaluation des Risques Pro
27 mai - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
L'embauche des intermittents du spectacle
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?