Entretien avec Nathanaël Karmitz : l’engagement de MK2 pour la culture

Ajouté le 20 juin 2019, par Florence Batisse-Pichet
Entretien avec Nathanaël Karmitz : l’engagement de MK2 pour la culture

MK2 Quai de Seine, 14 Quai de la Seine, 75019 Paris.
MK2 Quai de Seine, 14 Quai de la Seine, 75019 Paris.
MK2 Quai de Seine, 14 Quai de la Seine, 75019 Paris. ©MK2

Illustrant la vitalité du cinéma français, le Groupe MK2 mène depuis toujours une politique culturelle engagée par l’implantation de ses salles et ses programmations exigeantes. Outre son activité d’exploitation de salles, la société produit et distribue. Tout juste de retour du Festival de Cannes, son Pdg Nathanaël Karmitz a accepté de revenir sur l’ADN du groupe familial, fondé par son père Marin Karmitz en 1974.

Les résultats de ce 72e festival sont-ils à la hauteur de vos espérances ?

Sur les sept films de la sélection officielle qui étaient coproduits ou distribués par MK2, nous en avions cinq en compétition dont trois premiers films. Avec le Grand prix attribué à « Atlantique » de Mati Diop, le prix du scénario à Céline Sciamma pour « Portrait de la jeune fille en feu » et le coup de cœur du jury Un certain regard pour « La Femme de mon frère », c’est un beau palmarès. Mais ce que je considère surtout comme une victoire est que nos films aient trouvé des distributeurs dans le monde entier. Ce qui nous importe, c’est que les films soient vus par le plus grand nombre. 

Votre coup de cœur ?

Xavier Dolan pour son « Matthias et Maxime ».

Un coup de gueule ?

Aujourd’hui, on gère la culture de façon administrative au lieu d’être dans un esprit de conquête. Il suffit de voir la Corée qui a clairement une politique de conquête culturelle, alors que la France a tendance à s’endormir sur ses lauriers.

Un mot sur Netflix ?

Vu la qualité des films qui étaient en compétition cette année, le cinéma a de beaux jours devant lui. C’est la meilleure réponse face à la polémique qu’a suscitée Netflix.

En quoi le cinéma peut-il contribuer au vivre ensemble ?

C’est le fondement militant politique de notre entreprise. Le cinéma aujourd’hui est un des lieux du vivre ensemble : cela passe par les lieux, la programmation et une croyance selon laquelle la culture et le cinéma peuvent contribuer à changer la vie. Même si on vient pour voir un écran, le fait de lever les yeux de son écran de téléphone ou son ordinateur permet l’émotion collective qui fait partie des éléments nécessaires au vivre ensemble. L’évolution est d’en faire un lieu de réflexion et de débats, d’où notre programme d’événements : expositions, débats autour des films, concerts, cours d’histoire de l’art, conférences philosophiques, activités pour les plus jeunes... 

Le fil rouge de vos programmations ?

Ce qui est intelligent et exigeant. 

Ce positionnement était-il précurseur ?

En 1974, le 14 Juillet Bastille comportait déjà l’ADN de ce qui est encore fait aujourd’hui : il y avait 3 salles de cinéma avec des films d’art et essai en version originale, diffusés nulle part ailleurs et une librairie dirigée par François Maspéro qui organisait de grands débats sur les sujets du moment comme l’anti-psychiatrie, le statut des prisonniers... Nous avons toujours eu à cœur d’implanter des cinémas dans des quartiers défavorisés sur le plan de la culture et où personne ne voulait aller. Ce fut le cas quand on a voulu ouvrir un cinéma d’art et essai en VO dans le 19e arrondissement avec les MK2 Quai de Seine et MK2 Quai de Loire, ou même plus récemment pour le MK2 Bibliothèque. 

Quel regard portez-vous sur les salles actuelles ?

La France fait coexister des cinémas de proximité et des multiplexes qui continuent à bien se porter. Ces deux types de salles sont le reflet du maillage territorial, du rapport entre la ville et la périphérie. On continue à ouvrir des salles tous les ans. Sans doute le multiplex est un modèle qui doit changer.  

Une fierté de MK2 en matière d’innovation ?

En réalité virtuelle, nous sommes les seuls en France et à l’étranger à être investis dans les techniques immersives. Nous réservons beaucoup de surprises dans les mois à venir.

Votre prochaine actualité ?

L’événement « Cinema Paradiso» qui avait eu lieu en 2013 et 2015 au Grand Palais, revient cet été à partir du 19 juillet dans un lieu exceptionnel où il n’y a jamais eu de cinéma. 
Pour la première fois, le musée du Louvre s’associe à mk2, pour proposer, du 19 au 26 juillet, 8 séances de cinéma gratuites dans le cadre exceptionnel de la cour Carrée, qui sera métamorphosée pour l’occasion en festival de cinéma en plein air. Ouverture de la cour Carrée à 19h pour 3000 personnes avec de nombreuses animations (foodcourt, musique, danse, etc.), début de séance à 22h, fermeture à 0h30.

Du 19 au 26 juillet à 22h, dans la cour CarréeGratuit sur réservation obligatoire. En co-production avec mk2, Kinoshita Group et le CN.
 

Un programme de projections cinématographiques de films culte, street food et soirées clubbing avec les plus grands DJs internationaux.

 

Pour connaître la programmation des événements : www.mk2.com/evenements
 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
Noël approche et les vacances aussi ! Après une rentrée en fanfare sans grandes restrictions...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
16 déc.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
S'y retrouver dans le code du travail
16 décembre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : Le handicap
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?