Et si vous vous remettiez à écrire des lettres ?

Ajouté le 06 janv. 2021, par Florence Batisse-Pichet
Et si vous vous remettiez à écrire des lettres ?

Prendre le temps d’écrire à nouveau des lettres.
Prendre le temps d’écrire à nouveau des lettres.
Prendre le temps d’écrire à nouveau des lettres. ©Eerik

Écrire, c’est prendre du temps pour soi, prendre le temps d’oser les mots pour dire. Le confinement a été l’occasion de renouer avec le plaisir de la correspondance… avec ou sans Internet !

Fini les lettres d’amour ! De plus en plus rares, les cartes d’anniversaire et les cartes postales. Depuis l’émergence d’Internet, écrire des lettres est un mode de communication qui semble voué à disparaître, supplanté par les textos et les mails. Il est pourtant utile de rappeler les richesses de la forme épistolaire, en littérature, ou bien de la publication de correspondances de personnalités illustres. Depuis 1996, le festival de la Correspondance de Grignan met en lumière les correspondances de toutes les époques. En 2019, la mairie de Paris a lancé la première journée dédiée à l’écriture manuscrite, réunissant plus de 200 lieux participants, dont une centaine d’ateliers d’écriture, afin d’inciter au plaisir de l’écriture manuscrite et celui de coller un timbre sur une enveloppe ! 

Pendant la période de confinement, des initiatives ont fleuri auprès des résidents de maisons de retraite. Ainsi Ehpad.fr, l’annuaire digital du secteur a transmis plus de 10 000 messages de familles. De même, la plateforme « 1 lettre 1 sourire » a relayé, en deux mois, l’envoi de 380 000 lettres, adressées par des inconnus à des résidents de 1 300 Ehpad de France et de quatre pays francophones*. Si le numérique a permis de telles opérations, il peut aussi asservir.


*Source Les Échos, le 21 mai 2020.

 

Six mois sans une connexion Internet ! C’est l’expérience de cette plasticienne qui a fait le choix de se couper de son ordinateur et des réseaux sociaux, pour renouer avec le temps long. Un musée l’a accueillie et les visiteurs pouvaient converser avec elle. Dans le même temps, elle a reçu des centaines de lettres du monde entier. 

Au-delà de maintenir les liens, suite à un divorce, un décès ou face au poids d’un secret de famille, l’écriture de lettres permet d’exprimer ses émotions. Dans son nouveau roman Les Lettres d’Esther (Calmann Lévy, août 2020), Cécile Pivot a recours au roman épistolaire. Elle confiait dans un entretien : « Je regrette qu’on n’écrive plus de lettres car elles permettent de dire les choses autrement, de prendre le temps : on envoie sa lettre puis on attend la réponse. Il y a un moment où on l’on ne peut plus parler. Et les mots qu’on pose sur une feuille de papier, ce ne sont pas les mêmes. » En effet, les psychanalystes incitent souvent leurs patients à y avoir recours : la lettre pourra être envoyée ou non, brûlée ou postée à une adresse imaginaire. On parle de courrier-thérapie. On peut aussi écrire à son inconscient, à ses symptômes (boulimie, dépendance, tristesse…). Dans son ouvrage, La Courrier thérapie**, Élisabeth Horowitz, coach spécialisée en psycho-généalogie, donne de nombreux exemples et conseils. Dans cette approche de la thérapie par l’écrit, Florence Batisse-Pichet qui a fait de l’écriture son métier, propose aussi ses services en qualité d’épistolière : « Pendant la première séance, je suis une oreille bienveillante : j’aide la personne à raconter son histoire. Puis je la retranscris dans une lettre le plus fidèlement possible. Lors de la deuxième séance, la lecture à voix haute crée une distanciation qui soulage. » 
Et si vous aussi, vous écriviez des lettres à vos petits-enfants, à vos amis ou à vous-même ? Une façon de prendre soin de soi et de rester en lien avec ses proches. Laissez-vous porter par votre imagination et votre cœur.


**La Courrier thérapie, Élisabeth Horowitz (Jouvence).

 

Le témoignage Séverine T., 45 ans chargée de communication 

« Victime d’un inceste, j’ai suivi une psychanalyse pendant plusieurs années sans me libérer de ma colère. Ma psy me conseillait l’écriture d’une lettre mais je n’y arrivais pas. J’ai confié mon récit à Florence Batisse-Pichet. Quand elle m’a lu la lettre, l’émotion était importante. Au final, je ne l’ai pas envoyée mais cette séance m’a permis de franchir un pas. Quelques semaines après, j’ai pu tout raconter à ma famille, me libérant de ce secret.  Aujourd’hui, je poursuis le travail avec ma psy plus sereinement.»

 

Idées lectures !

  • Lettres de Washington Square, Anne Icart (Robert Laffont, janvier 2020).
    Primé en septembre dernier par « Le Prix du Livre Cogedim Club, », le cinquième roman de Anne Icart permet de dénouer un secret de famille grâce à la découverte de lettres jamais transmises à son destinataire : une émouvante histoire d’amour filial.
  • Les Lettres d’Esther, Cécile Pivot (Calmann Lévy, août 2020). 
    Libraire dans le Nord de la France, Esther ouvre un atelier d’écriture épistolaire. Ce qui n’était au départ qu’un exercice littéraire se transforme en une leçon d’humanité pour les protagonistes.

 

Audiens propose des ateliers d'écriture en visio-conférence et des Ateliers Art thérapie aidants.

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
Portés par l’élan des libraires, les 300 disquaires indépendants de France ont été...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
16 avr.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Tout savoir sur les frais professionnels
16 avril - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?