Francis Huster : Molière, les femmes et le foot !

Ajouté le 25 avr. 2022, par Florence Batisse-Pichet
Francis Huster : Molière, les femmes et le foot !

Francis Huster sur scène à l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de Molière.
Francis Huster sur scène à l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de Molière.
Francis Huster sur scène à l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance de Molière. ©Christine Renaudie

Impossible d’ignorer que 2022 est le 400e anniversaire de la naissance de Molière. La querelle autour de son entrée au Panthéon est le cheval de bataille du comédien et metteur en scène Francis Huster. À 74 ans, cette figure du théâtre français, séducteur enthousiaste autant que Sherlock Holmes épris de vérité, n’est pas près de renoncer, ni de prendre sa retraite !

Où en êtes-vous de votre combat depuis le refus de l’Élysée de la panthéonisation de Molière ?

C’est un scandale d’État et de mépris que Molière n’y ait pas été accepté : je ne cèderai pas. Comme il y a eu la querelle de Tartuffe avec l’interdiction de jouer sa pièce par Louis XIV, il y aura eu celle de Molière au Panthéon. Comme je l’ai déjà dit, je ne retire pas ma confiance au président de la République. Si l’on prend en compte le sondage du Figaro sur 75 000 personnes interrogées : 77 % de Français y sont favorables. On ne peut insulter près de 60 000 personnes ! Preuve que Molière n’est pas un auteur du passé à perruque mais bien d’aujourd’hui et de demain, c’est le succès du tartuffe à la Comédie française. Je reste persuadé que d’ici la fin de l’année, la Présidence de la République fera entrer Molière au Panthéon.

Vous résistez sur le terrain ?

Jusqu’à l’automne, je vais continuer à prêcher la bonne parole : je sillonne les villes avec des conférences sur Molière en France et à l’étranger, car je suis fier de ce Dictionnaire amoureux de Molière, de ce que j’y révèle par rapport à sa mort, sa biographie, à ses œuvres. Il aura fallu attendre d’être en 2022 pour qu’enfin des villes lui rendent hommage et je suis invité à inaugurer des places et des boulevards Molière. Rappelons que seule une petite rue de Paris porte son nom ! Quant à sa statue de Molière, elle est invisible. C’est une insulte à tous les Jouvet, Jean Vilar ! 

Et sur un autre combat qui vous tient à cœur : les femmes ?

Molière a été tout à la fois un Ingmar Bergman, un Fellini, un Hitchcock, un Sacha Guitry. Aujourd’hui, il porterait un regard différent sur les combats que doivent mener les femmes pour gagner leur liberté sexuelle, financière … Ce serait le combat de Célimène contre Alceste, celui d’Agnès contre Horace, etc. Ainsi face aux féminicides, il y a un combat à mener contre les hommes et ceux qui laissent faire.  Il nous manque un Molière au féminin.

Dans cette reconnaissance de Molière, n’est-ce pas une volonté de remettre à l’honneur la langue française ?

L’Éducation nationale a trahi l’enseignement du français et notre langue s’est ratatinée. Au lieu d’unir les enfants et les adolescents, elle les désunit. L’adhésion peut passer par le sport, par la science et enfin par la culture de l’âme ou de l’esprit. Or on n’a donné la priorité ni à la science, ni à la culture, mais seulement à la politique et à la religion.

La séduction : un levier majeur ?

La séduction, c’est se séduire les uns les autres et à aller même jusqu’au sacrifice pour atteindre un but. Cela passe par la décision solitaire d’un capitaine d’équipe et de l’esprit de troupe – militaire, artistique ou scientifique. Je pense à mes maîtres Jouvet, Villars, Barrault, Florent Vitez et tous les autres. Toute la moitié de toute ma vie, j’ai été l’interprète de chefs d’orchestres qui me séduisaient. 

Dans ce dictionnaire, vous avez mené une enquête digne de Sherlock Holmes. N’est-ce pas un personnage qui vous correspond existentiellement ? 

Je dirais que Fabrice Lucchini est le Dr Watson et moi, je suis Sherlock. Dans le métier, nous sommes à part tous les deux. Lui, il est le fou du roi : il raconte tout ce qui le touche, le bouleverse, l’enrage : il n’écoute que lui-même et illumine de sa présence. Moi je suis le cheval, on ne sait jamais où je vais sauter. À partir d’un texte littéraire ou politique – Camus, Zweig, Laforgue, ou Shakespeare - j’ai voulu, tous les deux trois ans, frapper comme mes maîtres me l’ont demandé, afin de découvrir dans l’œuvre elle- même, qui était le coupable et l’innocent, pour culpabiliser ceux qui étaient dans le mal et innocenter, sinon mythifier, ceux qui étaient dans le bien. Je m’attache à trouver la vraie personnalité de chacun. Le génie de Conan Doyle est qu’il est le premier à avoir enquêté sur la vérité d’une manière philosophique. Ayant tout lu sur Sherlock Holmes, j’en ferai certainement un spectacle, dans 4 ou 5 ans. 

L’une des plus grandes leçons de vos années d’apprentissage ?

Pendant la répétition de L’École des femmes avec Adjani, on est sur le plateau et Pierre Duc qui en est alors l’administrateur me demande de passer dans son bureau : 
-    Vous vous trompez Francis !
-    Ah bon ?
-    Vous ne vous vous laissez pas aller !
-    Eh bien non, je suis le texte de Molière.
-    Ce n’est pas le texte qu’il faut suivre, petit imbécile, mais votre instinct.
-    Quel instinct, monsieur l’administrateur ?
-    Quand Molière écrit L’École des femmes, il écrit ce qui lui passe par la tête. Vous n’avez pas à être un reflet mais jouez comme ça vous passe par la tête.

Cela m’a marqué à tout jamais. J’ai compris que Molière avait écrit des chefs-d’œuvre chaque fois qu’il avait été passionné par un rôle écrit pour lui, comme Chaplin ! D’où l’extraordinaire Georges Dandin, le Sganarelle de Don Juan, Orgon dans Tartuffe… C’était un écrivain mais un comédien avant tout !

Le foot est l’une de vos autres grandes passions. N’avez-vous jamais songé à monter un spectacle ?

Ce qui est intéressant dans le foot, comme au théâtre : c’est qu’il peut y avoir un carton rouge ! Mais dans les deux cas, arbitres comme metteurs en scène, peuvent se tromper. C’est aux acteurs et aux joueurs de réagir : c’est aussi la raison des bonnes et des mauvaises pièces. Oui, je pourrai faire un magnifique duo avec Éric Cantona sur scène ou Kylian Mbappé. D’ailleurs dans l’équipe de France, il y a des joueurs qui finiront par être acteurs à 35 ans ! Je pense aussi au portugais Cristiano Ronaldo qui pourrait jouer admirablement dans un film avec Tom Cruise, ou bien encore au Polonais Robert Lewandowski, qui serait idéal pour une série policière dans un rôle d’inspecteur ! 

Face à la question de l’âge, comme réagissez-vous ?

C’est une question décisive. Je lui ai fermé la porte et j’en garde la clé. La clé, c’est l’envie, la passion, de se battre pour quelque chose. L’âge n’aura jamais prise moralement sur moi. Physiquement, je l’entends monter et prendre l’ascenseur vers les autres étages. Je l’entends aussi pénétrer dans d’autres chambres et cela me fait beaucoup de peine quand tout d’un coup, ce sont des personnes que j’aime qu’il emporte. Il va falloir vraiment qu’il se batte pour m’emporter. Peut-être qu’il passera par la fenêtre dans un moment inattendu, mais il n’ouvrira jamais cette porte.

Vos secrets forme ? 

Je fais très attention à ce à mon alimentation et en même temps, je ne fais aucun régime : je peux manger n’importe quoi. En revanche, six mois par an, je laisse systématiquement la moitié de mes plats dans mon assiette. Résultat : je me fais engueuler partout : « Mais tu ne finis pas ? » C’est un moyen très efficace car on mange trop. Je suis accompagné par un coach sportif que je vois deux fois par semaine. Je fais notamment beaucoup d’étirements. J’ai une interdiction absolue de jouer au foot et de skier. 

Vos actualités et projets ? 

J’espère que cette année Molière se terminera en triomphe. Ensuite, je passerai le témoin à toute une génération. À partir de 2023 et pour les dix ans qui viennent, je me battrai, au cinéma ou sur scène, pour défendre les cinq ou six œuvres importantes qui me passionnent. 

 

À lire :

Poquelin contre Molière, Un duel à mort, Francis Huster (Armand Colin, octobre 2021)
Couv-PoquelinContreMoliere.jpeg


Le dictionnaire amoureux de Molière, Francis Huster (Plon, octobre 2021)
HUSTER Francis - DA de Molière - Plon couv.jpg

 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...

webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
16 sept.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
La Convention Collective du Syntec et son régime prévoyance et santé
16 septembre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : L’auto-entrepreneuriat
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?