Informer en période de confinement

Ajouté le 07 avr. 2020, par Florence Batisse-Pichet
Informer en période de confinement

Chloé Salmona et Elodie Fondacci, Radio Classique.
Chloé Salmona et Elodie Fondacci, Radio Classique.
Chloé Salmona et Elodie Fondacci, Radio Classique. ©Laurent Rouvrais

Si la pandémie du Coronavirus est au cœur des médias, elle bouleverse tout autant la vie des rédactions. Réorganisées en télétravail à 80%, les équipes de journalistes et de techniciens doivent s’adapter au confinement. État des lieux à travers une série de six témoignages. Nous débutons notre série avec Radio Classique.

Grâce aux nouvelles technologies et à des applications permettant des visioconférences (Skype Entreprise, Zoom…), les rédactions parviennent à trouver des solutions pour continuer plus que jamais leur mission : informer. Pour connaître les coulisses de leur quotidien, nous avons pris la température auprès de différents professionnels et médias - une radio, une chaîne info, un quotidien régional et une agence de presse. À l’heure où il s’agit de réinventer son métier et de le vivre avec parfois plus d’humanité, la passion reste le mot clé.

En musique encore et toujours sur les ondes de Radio Classique !

Chloé Salmona, directrice de la communication et des partenariats de Radio Classique : « Nous avons maintenu une grande partie des programmes en direct, dont la matinale. Quant aux chroniqueurs, ils interviennent par téléphone ou par un équipement spécial qui leur permet d’assurer un direct depuis chez eux comme s’ils étaient en studio. Ils ont un micro et retransmettent via une connexion Internet. Peu avant l’appel au confinement, nos techniciens ont pu installer du matériel au domicile de nos principaux animateurs. Pour la programmation musicale réalisée quotidiennement par Francis Dresel, ce dernier continue de se déplacer à la radio. Au final, dans nos locaux, seules huit personnes sont autorisées à entrer incluant techniciens et réalisateurs. La consigne :  jamais plus de deux personnes dans le studio en même temps. Tous utilisent du gel hydro-alccolique et tiennent les distances. Certains ont dû être logés à proximité : les autres se déplacent en taxi. Pour le reste, rien ne change sinon que les réunions de rédaction et d’antenne se font par Skype. Le moral des troupes ne faiblit pas : nous avons une équipe très mobilisée. Notre mission est la même que pour le service public - nous sommes classés 10e radio française des radios digitales - on assure notre devoir d’information et d’accompagnement : on a maintenu un maximum de directs avec les mini studios, il faut que nos auditeurs se sentent soutenus tant à l’antenne que sur les réseaux sociaux. »

La culture sur Radio Classique

Éditorialiste culture dans la matinale de Radio Classique, Élodie Fondacci donne sa chronique matinale par téléphone. Son podcast du mercredi Des histoires en musique se trouve propulsé avec des pics d’audiences qui ont décuplé.
« J’ai trois enfants de 5, 8 et 11 ans. Aussi avoir une chronique matinale s’avère plutôt être une chance car je peux leur faire l’école la journée, après avoir travaillé. Mon rythme est assez similaire à celui de d’habitude : je rédige mon papier la veille dans la soirée et le peaufine tôt le matin. À Paris, j’arrive à la radio à 6h30 pour le remanier en fonction de l’actualité. Désormais, je m’enferme dans ma salle de bains où je me rends à pas de loup : j’y ai installé une petite table et une chaise. C’est de là que chaque matin, je lis ma chronique au téléphone. Grâce à notre directeur technique, nous avons les moyens de télétravailler, avec notamment une application qui permet de faire du son en haut débit : le résultat est impressionnant. Habituellement pour préparer ma chronique, j’enchaîne expos et théâtres : avec le confinement, je ne sors plus, je suis en veille, cherche et trouve de quoi faire de la « culture confinée ». C’est inédit. Et de fait, les musées rivalisent de créativité, tout comme les théâtres. La radio est un média d’accompagnement que j’aime. Les auditeurs ont une intimité avec nous, la maintenir dans la crise actuelle où il y a une perte de repères et une grande solitude, est une source de réconfort pour les gens et pour nous. Outre ma chronique, le fait d’avoir pu relancer en podcasts, les 80 épisodes des « Histoires en musique » que j’avais enregistrés entre 2009 et 2013 est un vrai bonheur au vu des témoignages des auditeurs, parents, enseignants… Ça me rend heureuse d’être utile. »

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
Mercredi 6 mai, le Président de la République s’est attelé au volet culture. Le secteur...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
28 mai
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Le recrutement des intermittents du spectacle de A à Z
28 mai - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?