Jeunes et aidants : l'intergénérationnel au service des grands-parents

Ajouté le 01 sept. 2022, par Juliette Benhamou
Jeunes et aidants : l'intergénérationnel au service des grands-parents

Selon l’enquête menée par la fondation Novartis et Ipsos : 40 % des jeunes aidants ont moins de 20 ans.
Eva Katalin
Selon l’enquête menée par la fondation Novartis et Ipsos : 40 % des jeunes aidants ont moins de 20 ans. ©Eva Katalin

S’il est difficile de savoir exactement combien de jeunes aidants il y a en France, quelques enquêtes ont permis de mettre en lumière le rôle de ces jeunes auprès de leur famille, et de sensibiliser les pouvoirs publics à ces situations. Découvrons qui sont ces jeunes aidants et qu’apportent-ils à leur entourage.

Une reconnaissance progressive des jeunes aidants 

Selon le Baromètre des aidants, réalisé en juin 2018 par BVA, sur les 11 millions de proches aidants en France, 8 % seraient âgés de moins de 25 ans. 
Les jeunes aidants (âgés de moins de 18 ans) et les jeunes adultes aidants (entre 18 et 25 ans), apportent une aide significative à un membre de leur famille ou du foyer. 

Il s’agit le plus souvent d’enfants issus de familles monoparentales qui apportent une aide supplémentaire à leur mère, père, fratrie, grands-parents…

Selon l’enquête menée par la Fondation Novartis et Ipsos en 2017, 40 % des jeunes aidants ont moins de 20 ans et 56 % d’entre eux sont des filles. 52 % sont au collège, 31 % au lycée, et 14 % ont commencé leur vie professionnelle. Près de la moitié (42 %) s’occupent de leur mère, un quart de leur grand-mère (16 %) ou de leur sœur (14 %).

L’aide apportée prend plusieurs formes : tâches ménagères, soins médicaux, courses, pharmacie, soutien administratif… Les jeunes aidants apportent aussi un soutien affectif important : rassurer, écouter, partager. Certain participe au budget de la famille et apporte un soutien financier en ayant un travail à côté de l’école pour gagner de l’argent.

Des risques pour la santé de l’aidant

Comme pour les autres aidants familiaux, le rôle que les jeunes aidants jouent au quotidien auprès de leur famille a souvent des répercussions sur leur santé. 
Santé mentale et physique, les jeunes aidants ressentent fatigue, anxiété (31 %), troubles du sommeil (42 %), lombalgies (44 %), maux de tête…

Cette situation d’aidant familial comporte des risques pour la scolarité du jeune qui peut amener à sa déscolarisation : difficulté à se concentrer en classe, absences, retards, fatigue… 
C’est pourquoi des associations comme l’Association nationale Jade : jeunes aidants ensemble, se mobilisent en France pour sensibiliser le pouvoir public à ces situations. Le gouvernement travaille aujourd’hui à reconsidérer progressivement la place de l’aidant familial.

" Les jeunes aidants sont environ 500 000, soit un élève par classe. Aider l’Éducation nationale à les repérer fait partie des mesures que nous souhaitons mettre en place" Françoise Ellien, cofondatrice de l’Association nationale Jeunes aidants ensemble (JADE).

L'intergénérationnel : un levier pour accepter d’être aidé

Si la situation de jeune aidant comporte des risques auxquels il faut faire attention, cette situation apporte également des effets positifs, en particulier grâce aux liens intergénérationnels qu’elle crée. 

Le lien intergénérationnel est un formidable levier de développement pour les individus et un vecteur de cohésion sociale. Il favorise le contact, l’entente et la transmission entre des personnes d’âges différents.

Les jeunes aidants témoignent d’un sentiment de fierté et de maturité : ils développent un sens des responsabilités, apprennent des compétences d’organisation, créent un lien de confiance et de complicité avec le proche aidé.

Pour les grands-parents aidés par leurs petits-enfants, le lien intergénérationnel leur permet d’entretenir des relations avec l’extérieur et de profiter d’une vie sociale plus riche. Les seniors se sentent plus utiles et ont le sentiment de tisser plus de liens avec les jeunes.

Ces acteurs qui nourrissent le lien intergénérationnel

Pour nourrir ce lien intergénérationnel, des entrepreneurs ont pensé à des solutions pour rapprocher des seniors isolés et des jeunes qui n’auraient plus de grands-parents et qui souhaitent passer du temps avec des personnes âgées. 

C’est le cas de Mamie Boom, créé par Céline Leblanc. Très proche de sa grand-mère mais éloignée d’elle géographiquement, elle souhaite reconnecter les seniors isolés à la société, et les aider à accomplir les rêves qu’ils se considèrent “trop vieux pour”. De ce projet de cœur est né un réseau d’étudiants et jeunes actifs pour tenir compagnie aux personnes âgées isolées.

Certaines personnes âgées peuvent plus facilement se laisser convaincre d’avoir une aide extérieure par l’approche intergénérationnelle. Quand les petits-enfants s’en occupent, cela les incite à être plus impliqués, être, parfois, de meilleure volonté qu’avec leurs propres enfants.
 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...

webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
16 sept.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
La Convention Collective du Syntec et son régime prévoyance et santé
16 septembre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : L’auto-entrepreneuriat
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?