La compagnie Après la pluie donne la parole aux enfants malades à l’hôpital

Ajouté le 08 nov. 2019, par Florence Batisse-Pichet
La compagnie Après la pluie donne la parole aux enfants malades à l’hôpital

La compagnie Après la pluie en visite individuelle auprès d’enfants hospitalisés.
La compagnie Après la pluie en visite individuelle auprès d’enfants hospitalisés.
La compagnie Après la pluie en visite individuelle auprès d’enfants hospitalisés. ©La compagnie Après la pluie

Engagée auprès des enfants hospitalisés du service hémato-oncologie pédiatrique de la Timone à Marseille et d’autres CHU de France, Belgique et en Côte d’Ivoire, la Compagnie Après La Pluie propose des ateliers de création et d’expression artistique pour insuffler des instants de beauté et de poésie. Son dernier projet d’initiation à l’art de la bande dessinée « À vous de conter : Les super-Héros » s’est vu récompenser par le prix Spécial de la Fondation Audiens Générations en juin 2019. Interview de sa fondatrice, Cathy Darietto.

Quel est votre parcours ?

cathy portrait 01.jpg

Je suis comédienne et metteur en scène. Diplômée du Conservatoire de Marseille à 22 ans, j’ai très vite commencé à enseigner puis j’ai créé ma première compagnie. Comme j’ai toujours ressenti le besoin d’aider les plus démunis, en parallèle de ma carrière et de ma vie de maman, pendant plusieurs années, je me suis investie dans des missions locales, des prisons, auprès de jeunes en difficultés... J’organisais des ateliers à thèmes. J’espérais donner à toutes ces personnes pointées du doigt, une vision d'eux dans le regard de l'autre différente et surtout valorisante, car il y a toujours de belles choses à mettre en valeur chez chacun d'entre nous. Sans le savoir, je faisais de la thérapie par le théâtre !

Avec la maladie de votre fils aîné, toute votre vie bascule…

À l’âge de 12 ans, Robin est atteint d’un cancer des os. J’ai passé 4 ans à ses côtés au cœur du service des enfants malades de l’hôpital de la Timone. Après un an de traitement, il a fait une récidive fulgurante. Pendant ce parcours éprouvant, j’ai continué de travailler mais ce n’était plus ma priorité ! Des liens forts s’étaient tissés avec le personnel soignant et le service. Mes enfants faisaient tous les deux de la musique, de la danse, du théâtre, Robin était très fort sur les planches… C’est lui qui m’a finalement poussée à m’investir pour les autres enfants malades. C’est ainsi que j’ai créé la compagnie Après la Pluie. Parce qu’après la pluie, vient toujours le beau temps et qu’il faut garder l’espoir. Malgré les malheurs, je veux croire que le soleil finit toujours par réchauffer notre cœur : je m’accroche à ces valeurs. 

Comment avez-vous démarré cette aventure ?

Au départ, trois amies comédiennes m’ont suivie dans ce projet car elles avaient la même envie de donner de leur temps et de leur cœur, sans pour autant avoir vécu le même drame que moi. J’ai commencé par lancer les ateliers « À vous de conter » en 2009 afin de donner la parole à ces enfants – leur faire écrire leurs rêves, donner libre court à leur imagination foisonnante - et leur permettre de laisser ainsi une trace forte en tant qu’auteur. Et en prolongement, on a conçu notre premier livre-cd réunissant toutes les histoires inventées par ces enfants malades et illustrées par une dessinatrice professionnelle, en partenariat avec un éditeur local, pour pouvoir leur offrir cet ouvrage dans lequel ils étaient des artistes et non plus des malades. Au bout de quatre ans, il y avait tellement de beaux textes qu’on a monté notre premier spectacle « Histoires vagabondes », des contes théâtralisés, pour faire rayonner leurs paroles. Ensuite, nous avons voulu faire connaître ce spectacle dans la région et partout en France. C’est ainsi que nos tournées ont démarré en 2014 et continuent avec la création de deux nouveaux spectacles. Cela permet de porter les mots de ces enfants partout en France et de les mettre à l’honneur ! Depuis que des musiciens ont accepté de composer les mélodies de notre premier album, "Au coeur de nos rêves", la musique est devenue incontournable dans nos créations. Notre compagnie compte aujourd’hui à l'hôpital six comédiennes et trois musiciens qui interviennent régulièrement toute l'année.

Étiez-vous préparée à ce travail auprès d’enfants malades ?

Nous avons démarré de façon empirique, utilisant notre savoir-faire de comédiennes. D'années en années nous avons renforcé nos compétences. Et depuis 2019, nous avons suivi une formation sur les différentes possibilités de recueillir la parole, la notion de duo, de solo, les jeux d'écriture, la part du clown en nous... Nous voilà dotées de nouveaux outils pédagogique. On a notamment intégré que notre travail relève aussi des soins palliatifs. C'est pourquoi, depuis deux ans, on a installé une supervision entre nous et depuis quelques mois, on intervient systématiquement à deux. C’est indispensable surtout quand des enfants meurent. Porter ce chagrin est très lourd et il faut pouvoir en parler. Depuis, on se sent mieux et cela permet de faire des pauses. Selon nos parcours de vie, on peut prendre du recul. 

Comment se passe la rencontre avec chaque enfant ?

Nous pouvons être avec des bébés de 15 jours et des adolescents de 18 ans. Dans l’établissement de la Timone, les enfants malades en hémato-oncologie représentent plus de 45 lits répartis sur 3 services. On les visite chaque semaine individuellement, après avoir fait un point avec le personnel soignant. On peut y passer de 5 mn à plus d’1h ! Notre rôle est de les faire devenir artistes : on raconte, on chante et on écrit. L’approche varie en fonction de chacun. 

Quels sont les thèmes abordés avec les enfants ?

Chaque année, on choisit un thème sur lequel on va écrire ensemble. On a travaillé jusqu’ici sur le rêve, les émotions, les super héros… cela les guide. On essaie aussi de renouveler les supports qui vont laisser une trace de qualité de leurs textes. Le premier CD de contes mis en musique a été un temps fort de la compagnie. C’est un objet qui reste cher à réaliser mais cela permet de l’offrir dans les hôpitaux et de le vendre lors des représentations extérieures. Notre prochain thème sera le voyage et nous aurons le soutien de l’association Vœux d’artistes avec des peintres de renoms, artistes invités, qui illustreront une partie du livre.

Quelle est l’actualité de l’association ?

Nous démarrons notre troisième spectacle consacré aux émotions avec un format pour des théâtres et une version plus légère adaptée aux hôpitaux. Nous avons fait appel à un metteur en scène extérieur car les émotions nous ont touchées au vif. Ce dernier a eu l’idée de recueillir nos témoignages et de les intégrer dans le spectacle, afin de faire ressentir le quotidien d’une troupe de comédiennes, en milieu hospitalier. Nous espérons qu’il sera programmé dans plusieurs salles de la Région Sud et en France. Le festival Au bonheur des mômes l’accueillera dans sa programmation 2020.

Quel est l’objectif de ce spectacle hors les murs ?

L’enjeu est de sensibiliser le public sur le vécu de ces enfants hors du commun. Alors qu’ils sont dans une extrême souffrance, ils prennent soin de leur famille, croient en l’amour et au bonheur. À travers leurs mots bouleversant de vérité, c’est une façon de rendre hommage à leur intelligence, leur courage et leur force. Véritablement EXTRAORDINAIRES, ce sont des héros ! Tous les ans, 2 500 enfants sont diagnostiqués d'un cancer en France, et 500 en meurent.

Quelques chiffres clés à l’occasion des 10 ans de votre association ?

Créée en 2006, l’association œuvre dans les hôpitaux depuis 2009. 
On a offert 11 500 livres CD ;
rencontré plus de 10 000 enfants hospitalisés ;
joué 220 représentations en hôpitaux ;
recueilli 287 histoires et chansons ;
visité de plus de 48 centres hospitaliers en France, en Belgique et en Côte d’Ivoire.

Comment fonctionnez-vous ?

Nous bénéficions des subventions de la ville de Marseille, du département 13, de la Région Sud et parfois de la DRAC, sans oublier le soutien du REHOP réseau de soin oncologie de la Timone ainsi que de plusieurs fondations. Tous les artistes sont des intermittents et reçoivent des cachets mais la part de bénévolat reste importante. L’association alloue un poste fixe, seulement depuis deux ans, pour l’administratif. 

Êtes-vous une association inspirante et exemplaire ?

Rares sont encore en France les associations à donner régulièrement, toutes les semaines, une présence artistique sur place. D’ailleurs, nous avons été approchées pour insuffler une initiative similaire au sein du CHU d’Abidjan où a été créé le premier service d’oncologie pédiatrique de Côte d'Ivoire. En 2018, grâce à des fonds spéciaux, quatre d’entre nous ont pu y aller et donner chaque jour des spectacles différents ! Nous espérons renouveler l’expérience et transmettre notre expertise en 2020.

Ce qui vous porte chaque jour ?

Il n’y a rien de plus fort et de plus beau que l’amour qu’on se donne les uns aux autres. Il nous transforme, et nous fait avancer chaque jour davantage.

Pour en savoir plus ou faire un don pour soutenir l’Association Après la pluie :
Site internet : http://c-apreslapluie.fr/
Tél. 09 51 09 83 32 - c.apreslapluie@gmail.com

 

Pour en savoir plus sur la Fondation Audiens Générations et les accompagnements Audiens.
 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
26 nov.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Tout savoir sur le 100% Santé
26 novembre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?