La marionnette, de fil en aiguille

Ajouté le 20 déc. 2019, par Frédérique Disant
La marionnette, de fil en aiguille

Marionnettes en costumes
Marionnettes en costumes
Marionnettes en costumes ©linephoto

Christiane de Meyer, 91 ans, est couturière pour l’Ecole supérieure nationale des arts de la marionnette (ESNAM), à Charleville-Mézières. Depuis plus de 30 ans, elle accompagne l’équipe pédagogique et les élèves dans la réalisation des costumes. Salariée de l’école dans les années 90, elle a pris sa retraite mais a continué en auto-entrepreneure à 80 ans ! Aujourd’hui, Christiane intervient toujours bénévolement pour ce haut lieu de la création artistique.

Lorsqu’elle commence à travailler pour l’Ecole supérieure nationale des arts de la marionnette en 1990, Christiane de Meyer, aujourd’hui retraitée de 91 ans toujours en activité, avoue qu’elle ne comprenait rien à ce qu’on lui demandait : « Il fallait que j’habille des bouts de bois, je nageais complètement ! », raconte-t-elle. À cette époque, Christiane a une expérience de couturière – métier qu’elle a voulu exercer depuis l’âge de 4 ans – mais elle doit s’adapter à des tailles, des formes et des matières totalement inédites : « J’ai habillé des créatures de 50 cm, d’autres qui mesuraient plus de deux mètres, parfois en cousant perchée sur une échelle ! » Mais Christiane s’adapte et surtout aime tant aider et transmettre son savoir faire aux élèves, que dès la deuxième année, elle réussit à habiller une quinzaine de marionnettes en bois à taille humaine dans le même costume que leurs marionnettistes : « À la deuxième promo, j’ai pris de l’assurance, j’étais dans le bain ! » 

Un changement de vie

C’est un changement de vie familiale qui a mis Christiane sur cette voie professionnelle si originale. Maman de trois filles, elle se sépare de son mari vers 45 ans. Entre autres métiers, elle devient vendeuse, retoucheuse, décoratrice de vitrine dans une mercerie très connue du centre de Charleville-Mézières « Midinette ». Entretemps, le festival de marionnette avait été créé et battait son plein tous les trois ans. « À cette occasion, j’avais décoré la vitrine avec des assiettes du théâtre de Lyon qui venaient de ma grand-mère, raconte Christiane. Beaucoup de festivaliers m’ont demandé de les acheter, elles étaient très recherchées. Ces assiettes m’ont fait parler à des gens du monde entier ! » Et surtout, permis de rencontrer celle qui lui proposera de travailler pour l’école qui a ouvert ensuite en 1987.   

Une transmission aux jeunes

De la gaine de coton au bustier en toile de jute en passant par le manteau en laine épaisse, la réalisation de costumes de marionnettes exige selon Christiane « une grande adaptabilité et une grande minutie ».  Christiane travaille ces matières avec les élèves, selon leur projet et leur inspiration. « Parfois, il faut réaliser un pantalon bouffant pour deux petites baguettes minuscules ! » Mais surtout, Christiane transmet à ceux qu’elle chérit depuis 30 ans, les élèves. « À l’école, ils doivent maîtriser un ensemble de techniques : la scénographie, le jeu, l’écriture et bien sûr la confection de leur marionnette donc la sculpture, le moulage et la couture… entre autres ». Christiane leur apprend à coudre, notamment la fameuse gaine Recoing, gaine neutre en tissu, en feutre ou tout autre matière, dans laquelle le marionnettiste glisse sa main, « c’est une coupe spéciale qui doit s’adapter à la paume », précise-t-elle.   

Le thé chez Christiane 

photo 4.jpg

Plus d’une centaine d’apprentis marionnettistes sont passés « entre les mains » de Christiane. Elle garde avec beaucoup d’entre eux des relations très fortes. Parfois, elle intervient à la demande d’anciens qui ont monté leur compagnie. D’autres viennent la voir chaque année, une autre l’appelle maman ! « Je les invite à prendre le thé à la maison ».  Cette jeunesse, dans laquelle baigne Christiane, est peut-être le secret de sa passion et de son énergie, qui semblent intactes depuis 30 ans… 

 

En savoir plus

À Charleville-Mézières, un festival mondial, biennal, phénoménal 
Plus de 100 spectacles de marionnettes, plus de 170 000 visiteurs… Le dernier festival des théâtres de marionnettes a fêté son vingtième anniversaire du 20 au 29 septembre dernier.  Il a réuni des artistes, créateurs, marionnettistes professionnels et amateurs, spectateurs assidus ou occasionnels de tous âges et de tous horizons… Créé par Jacques Félix en 1961 et dirigé depuis 2008 par Anne-Françoise Cabanis, ce festival connaît un rayonnement exceptionnel et s’impose de par le monde comme le rendez-vous majeur des artistes et curieux de cet art. Rendez-vous dans deux ans ! 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
La Covid-19 circule en France. Même maitrisé, le nombre de foyers augmente un peu...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
25 juin
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Cotisations sociales et COVID-19
25 juin - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?