L’art de l’impro

Ajouté le 05 mars 2020, par Florence Batisse-Pichet
L’art de l’impro

Le Fauteuil par Smoking sofa : les jeudis à 20h30 à La Folie Théâtre.
Le Fauteuil par Smoking sofa : les jeudis à 20h30 à La Folie Théâtre.
Le Fauteuil par Smoking sofa : les jeudis à 20h30 à La Folie Théâtre. ©Éric Bongrand

Il y a 40 ans l’improvisation faisait ses premiers pas en France. Que reste-t-il de l’esprit des ligues et des matchs d’impros ? De nouveaux talents se sont imposés et ont créé leur style. Retour sur une pratique en plein essor, à l’occasion de la journée mondiale de l’impro le 7 mars 2020.

Quand en 1987, la Ligue d'Improvisation Française d'Ile-de-France (LIFI) se crée à Paris, c’est le départ et l’engouement pour une nouvelle discipline. Héritière du concept de « sport-théâtre » importé du Québec, l’impro est née d’une initiative du Théâtre expérimental de Montréal avec l’organisation d’un premier match. Face au succès, ils lancent en 1977, la première Saison de la Coupe Charade et le mouvement a ensuite rayonné. 
Séverine Tremellat qui s’est formée à la LIFI en rappelle les codes : « La scène s’appelle une patinoire. Acteur à part entière, le public suggère les thèmes et il appartient au maître de cérémonie d’animer le match, comme le ferait un commentateur d’un match de hockey. Des arbitres habillés en tee-shirts veillent au respect des règles - faute pour un retard de jeu, signes avec les mains, obstruction, problème de temporalité, …- par un coup de sifflet. Pour exprimer son mécontentement, le public peut lancer sur la scène petites pantoufles, chaussettes ou autres ustensiles. Enfin, les spectateurs peuvent consommer au bar durant les deux ou trois pauses. »

Même si la LIFI continue à pratiquer le match d’improvisation et à se produire dans des salles parisiennes, d’autres communautés ont vu le jour, partout en France. En parallèle des ligues plus ou moins structurées qui se ont créées pour organiser des matchs, on trouve pléthore d’ateliers, d’écoles et de troupes amateurs. Au départ, dans les années 80, l’improvisation s’est imposée auprès du public à travers les matchs. Pourtant à Chicago et dans d’autres villes américaines, l’improvisation reposait déjà sur de vraies histoires. Toute une littérature théorique a fait connaître ces techniques. Il faut à cet égard distinguer les deux formats possibles : les matchs et les cabarets. Dans le second cas, il peut y avoir une succession de petites séries courtes de 5 à 8 min ou des formats longs : la troupe invente une histoire d’une heure à partir d’une thématique insufflée au début par le public. Elle peut reposer sur un personnage, un lieu… voire des chansons.

Comment expliquer cet engouement pour l’impro ? « De nombreuses personnes ont envie de faire du théâtre mais outre l’apprentissage des textes, le travail théâtral nécessite un réel engagement qui n’est pas à la portée de tout le monde. L’impro est plus souple. » explique Jonathan Chaboissier. Pour cet ingénieur informatique qui a démarré sa carrière chez Ubisoft comme programmeur de jeux vidéo, le virus de l’improvisation a été plus fort que sa carrière d’ingénieur : Pendant ses études, il suivait en parallèle des cours de théâtre et d’impro : « Le choix de faire de l’impro, c’est un peu le hasard et aussi parce que c’était à la mode de faire des matchs. J’ai trouvé les deux pratiques complémentaires. Depuis 5 ans, l’impro a pris le pas. Et j’ai tout quitté l’année dernière pour me consacrer à ma passion : aujourd’hui je fais partie de Smoking sofa, une compagnie en phase de professionnalisation et j’enseigne l’impro aux Impronautes, une école créée par la compagnie Eux. » Il apprécie également son métier de formateur en entreprise : « Avec l’impro, on fait sortir le meilleur de gens ! Cela donne des outils pour développer les compétences comportementales. » 

Même quête chez Séverine Tremellat. Pour cette chargée de communication à la Fédération des Vignerons Indépendants, la pratique de l’improvisation l’a conduite à devenir semi-pro : « J’ai découvert l’impro, il y a 15 ans. C’est une thérapie qui m’a apporté de la joie. J’ai commencé par un stage d’un week-end en mai, puis en septembre, je me suis inscrite aux cours de la LIFI que j’ai suivis durant 3 ans. Puis, je me suis perfectionnée avec une master class. Pour continuer, il fallait voler de ses propres ailes. Alors créer notre compagnie - La grimass - s’est imposée avec les personnes de ma promo ! Nous sommes une troupe de 14 comédiens semi pro et jouons tous les samedis à 20h, au théâtre Le Bout, depuis une dizaine d’années : on donne en alternance deux spectacles « Impro play list » et « Impro story »

Parmi les qualités requises pour faire de l’impro, l’écoute, l’empathie et le « ici et maintenant » sont essentiels. Ainsi comme l’explique Séverine Tremellat : « La base c’est le rire et la sincérité. C’est d’ailleurs une des raisons du succès du coaching en entreprise et du teambuilding avec l’impro théâtrale. Les improvisateurs ont une philo de vie : on verra. Il faut s’entraîner comme lorsqu’on pratique un sport, à raison d’une fois par semaine. Un bon improvisateur peut jouer avec le pire ou le meilleur comédien, chacun doit faire sa part. Les meilleurs improvisateurs sont les enfants car ils ne sont pas dans le calcul. Si tu prépares, tu joues seul et les autres ne suivent pas ! C’est comme dans la vie… En cela, c’est salvateur pour acquérir de la confiance en soi. »

Témoignage identique pour Jonathan Chaboissier : « L’impro a été une révolution dans ma vie ; au départ, c’était un loisir et puis à force de pratique j’ai constaté un impact dans mon quotidien : gain de confiance en moi, meilleure écoute, lâcher prise… J’ai découvert que c’est une forme d’art véritable qui nécessite des heures d’entraînement. Aujourd’hui j’enseigne l’impro à des débutants comme à des improvisateurs confirmés. Le temps d’un stage d’initiation peut être grisant ! C’est pourquoi, il a y des plus en plus de portes de demandes d’initiation dans les entreprises. » Ce qui reste prisé pour se perfectionner, c’est le principe des master classes avec des professionnels : « Je sors de deux jours de stages avec une figure majeure de l’impro à San Francisco : Tim Orr. Invités par des pros et semi pros, des artistes américains font des tournées en Europe. » 
 

Si tous les soirs dans la capitale, on peut trouver des spectacles d’improvisation sous différentes formes, certaines troupes se sont fait une réputation en prenant leurs quartiers dans certains théâtres parmi lesquels :

  • Bio ou la vie improvisée d’un héros anonyme par Les Eux : les mardis et mercredis à 20h au théâtre Trévise ;
  • Le Fauteuil par Smoking sofa : les jeudis à 20h30 à La Folie Théâtre ;
  • Le Grand Showtime : les vendredis et samedis à 22h30 au Point Virgule ;
  • New au Grand Point Virgule : une comédie musicale improvisée ;
  • I.mPro par La Grimass  au théâtre Le Bout tous les samedis du mois à 20h15 ;
  • Paris impro : une école d’impro avec des matchs une fois par mois ;
  • Colors à La Pépinière Théâtre tous les dimanches à 21h depuis 12 ans ;
  • Improvidence : un lieu de spectacles et une école implantée dans trois villes : Lyon, Bordeaux, Avignon.
     

Pour en savoir plus sur des stages et formations :
improvisation-lifi.com
L’Atelier des Impronautes : euximpro.fr

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
En avant la Musique ! Voici la nouvelle exposition du Musée en Herbe en partenariat...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
21 oct.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Réussir votre OETH avant fin 2022
21 octobre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : L’auto-entrepreneuriat
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?