Le cirque social : la thérapie par les arts de la piste

Ajouté le 24 juin 2020, par Florence Batisse-Pichet
Le cirque social : la thérapie par les arts de la piste

Artistes circassiens aux établissements du Colombier.
Artistes circassiens aux établissements du Colombier.
Artistes circassiens aux établissements du Colombier. ©Marie Charvier

À la tête de Cirque Event et de moncirque.fr, Thierry Granet est le seul en France à avoir une expertise de l’événementiel dans le domaine du cirque. Avec le confinement, il est également le premier à avoir pris l’initiative de proposer des spectacles sans contact, pour les publics adaptés en milieu sanitaire, social et médico-social. Le cirque partout et pour tous.

L’image d’Épinal des cirques qui autrefois passaient de village en village, a largement évolué. Une nouvelle génération d’artistes circassiens et de troupes ont pris la relève. Il reste pourtant en France 350 cirques et une quarantaine de familles qui continuent d’installer leurs chapiteaux, avec de plus en plus de difficultés à obtenir des autorisations. Intarissable sur le sujet au point d’avoir réussi à faire de cette passion, son activité professionnelle, Thierry Granet, aujourd’hui âgé de 45 ans, confie : « Un jour, mes parents m’ont emmené au cirque mais moi, j’y suis resté ! La magie de l’itinérance qui évoque celle des troubadours et la dimension éphémère des spectacles, m’ont fasciné. On passe sur une place, l’effervescence est à son comble sous le chapiteau, et 2h après, il ne reste plus rien, juste un rond de sciure. » Depuis, il a toujours réussi à garder un pied dans cet univers. À 18 ans, il va à la rencontre des gens du cirque. À 21 ans, il s’achète une caravane pour être sur le terrain avec eux. Puis, c’est l’opportunité d’un stage de fin d’études chez Medrano, à la fin de son cursus à l’École Supérieure de Commerce de Clermont Ferrand dont il est natif. Mais pour son premier job, le dilemme se pose, entre un cirque renommé et l’industrie. À contre cœur, il endosse le profil du jeune cadre dynamique d’abord chez Plastic Omnium, avant de rejoindre une société internationale qui fabrique des câbles haute performance. En 2012, par un concours de circonstances, il peut enfin quitter l’entreprise pour réaliser son rêve. 

En parallèle de son activité, il n’a jamais renoncé au cirque. Ainsi il a écrit un livre combiné à une expo photos pour le Conseil départemental de Puy-de-Dôme. Cela lui sert de tremplin pour lancer en 2013 Cirque Event. Il conçoit des événements sur mesure et propose du teambuilding en s’appuyant sur l’image et les valeurs du cirque, à travers un réseau de troupes itinérantes sur la France entière : chaque année, il fait ainsi travailler une quarantaine de cirques de tailles différentes, de 2 à 20 personnes. « Ce sont des amis avant d’être des fournisseurs car ce milieu est complexe. Notre collaboration repose sur la confiance. En retour, ils peuvent se projeter avec un planning et donc avoir une visibilité, ce qui est impossible avec la billetterie : c’est une donnée nouvelle et appréciable pour eux. » 

FoyerDuColombier_©Marie Charvier 280.jpg

L’une de ses satisfactions est d’avoir réussi à les faire évoluer dans leurs numéros, en amenant certains d’entre eux dans le sanitaire et social, son secteur de prédilection. Car en parallèle de Cirque Event, il a une autre activité qui lui tient encore plus à cœur : il produit 150 spectacles par an, dans ce milieu, à travers moncirque.fr : « J’ai voulu très vite me consacrer à des publics qui ne peuvent naturellement pas aller au cirque. Le jour où j’ai compris que celui-ci pouvait permettre la mixité, faire du lien et être un faire-valoir extraordinaire, c’était pendant l’un de mes séjours au cirque. Alors qu’on devait donner un spectacle pour des handicapés, on m’envoie faire le repérage technique d'une salle. Celle-ci présente toutes les caractéristiques techniques pour réaliser le spectacle. Mais ce qui m'interpelle, c'est le grand terrain connexe à l'établissement. J’ai le déclic : le cirque sera ouvert à tous ! Nous dresserons un chapiteau sur cet emplacement avec une représentation ouvert aux habitants du village. À partir de ce moment-là, les gens n’ont plus changé de trottoir en croisant les résidents, me confiera la directrice du centre. » 

Tout naturellement, pendant le confinement, le concept du cirque sans contact s’est imposé. Car avec la fermeture des établissements début mars, tout s’est arrêté du jour au lendemain, rappelle Thierry Granet : « Que ces publics soient enfermés et privés d’une des rares possibilités d’évasion m’était insupportable. J’ai voulu très vite intervenir. Réinventer notre présence en jouant à l’extérieur, dans des cours ou sur les parkings était une évidence. J’ai échangé avec les directeurs des Ehpad et fait le tour des artistes : nous avons alors convenu du principe de venir à leur rencontre dès que ce serait possible, et un protocole a été mis en place. ». Un premier spectacle est monté devant la résidence d’un Ehpad en Bretagne pour rôder la prestation. En mai, les demandes ont afflué avec une quarantaine de représentations données un peu partout en France. Le matériel est léger : il suffit d’un décor, un tapis de piste et parfois d’une cabine pour se changer à proximité. Pour ces prestations extérieures, c’est l’approche visuelle et musicale qui prime. On retrouve donc des numéros de cirque traditionnel - fouets et lasso, contorsion, funambules, jonglage, équilibre, fil de fer, clowns… avec une double satisfaction : « Pour les artistes, il y a le plaisir de retravailler, de faire rire et rêver et de donner une valeur supplémentaire ; pour les résidents, c’est un bol d’air pur de 45 mn et un voyage à portée de mains. Ce n’est pas pour rien que notre slogan est : créateur de sourires ! » 

IMP Judith Surgot-HD-©Marie Charvier 280.jpg

Inutile de préciser que Thierry Granet a d’autres défis en tête, avec notamment des projets pour le milieu carcéral, et aussi celui d’un spectacle de funambulisme à 6 mètres de hauteur avec un binôme voyant-non voyant. Que le spectacle continue !

 

Pour en savoir plus : moncirque.fr
Budget moyen pour une représentation de 45 mn : moins de 800 euros HT.


 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
La Covid-19 circule en France. Même maitrisé, le nombre de foyers augmente un peu...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
25 juin
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Cotisations sociales et COVID-19
25 juin - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?