Marie-Pierre Delabrière, directrice de casting depuis 20 ans

Ajouté le 23 mai 2019, par Florence Batisse-Pichet
Marie-Pierre Delabrière, directrice de casting depuis 20 ans

Marie-Pierre-Delabrière, directrice de casting spécialisée dans les rôles secondaires et la figuration depuis 20 ans.
Marie-Pierre-Delabrière, directrice de casting spécialisée dans les rôles secondaires et la figuration depuis 20 ans.
Marie-Pierre-Delabrière, directrice de casting spécialisée dans les rôles secondaires et la figuration depuis 20 ans. ©Marie-Pierre-Delabrière

C’est sur le tas et sur le tard, dans les années 2000, que Marie-Pierre Delabrière confie s’être lancée comme directrice de casting. Spécialisée dans les seconds rôles et les figurants, elle travaille principalement sur des films d’auteur. Aujourd’hui, à presque cinquante ans, elle vit son quotidien avec la même passion du terrain et des contacts humains.

Doit-on parler de « directeur de casting » ou de « responsable de distribution artistique » ?

Depuis peu, la convention collective utilise le terme de « responsable de distribution artistique ». De mon point de vue, c’est un terme plus juste que celui de « directeur de casting » car au final, on dirige peu de choses ! Sur le générique des films, on trouve les deux expressions ainsi que 1er assistant à la distribution. Il existe une association - l’ARDA (Association des Responsables de Distribution Artistique) - qui fédère les membres de la profession.

Quelle est votre formation ?

J’ai fait des études de théâtre, des sciences du langage avant de faire plein de jobs différents, notamment comme gestionnaire de personnel.

Comment vous êtes-vous retrouvée dans le cinéma ?

Par hasard ! J’avais un ami régisseur sur le tournage du film de Michel Blanc Embrassez qui vous voulez : il avait besoin d’un chauffeur pour véhiculer Charlotte Rampling. Très vite, je me suis occupée également des autres comédiens dans leurs loges. Et vu que le courant passait bien avec les assistants à la mise en scène, j’ai rejoint l’équipe comme 3e assistant. Dans la foulée, j’ai reçu un appel d’une production qui m’a alors confié le casting de la figuration et des petits rôles du film de Jean-Marc Moutout Violence des échanges en milieu tempéré. Puis j’ai enchaîné avec d’autres films d’auteur. 

Existent-ils des spécialités ?

Absolument. Dans mon cas, j’interviens sur les rôles secondaires et la figuration. Je ne suis pas sollicitée pour décrocher les premiers rôles, au moment du montage financier des films.

Quelles qualités faut-il ?

C’est un métier complet et simple à la fois. Il faut être endurant et surtout aimer le contact. Aujourd’hui grâce à Internet, les recherches sont simplifiées et vont plus vite mais avoir un peu de réseau est un atout. Mon plaisir est de rencontrer les personnes qui font de la figuration en province. Rien à voir avec Paris où il y a un réseau d’intermittents. J’aime faire passer les répliques, filmer, diriger et associer les gens entre eux. J’ai la chance d’avoir intégré les films d’auteur qui permettent d’établir une vraie relation avec le réalisateur car ils sont attentifs aux rôles secondaires et à la figuration. En revanche, sur de grosses productions comme Spirou et Fantasio où j’ai eu le casting des figurants, j’ai eu peu de contacts avec le réalisateur. 

La mission type de casting sur des seconds rôles ?

Généralement, on commence par la préparation qui dure entre 4 à 8 semaines, voire plus, si c’est un film d’époque. Je distribue les rôles en contactant les comédiens que je connais. Souvent pour les petits rôles, je pars au casting au débotté, je les soumets à l’impro car j’ai des scènes en tête et je les filme. Pour des comédiens aguerris, je passe par des agents. Il peut y avoir des demandes très spécifiques - particularités physiques, métier, etc. Quand il s’agit d’enfants, je pars faire du casting sauvage via des réseaux, des sorties d’écoles dans des collèges. 

Et sur le casting de figuration ?

Je caste les figurants comme les rôles ; même s’ils ne sont pas censés parler, j’appréhende leur personnalité et choisis chaque visage. Il faut avoir en tête le suivi car le directeur de casting de figuration accompagne jusqu'au tournage. En moyenne, on peut rencontrer 150 à 200 figurants sur 10 jours ; le face à face dure entre 5 et 10 min selon les personnes. Ma mission comporte le suivi des convocations avec les consignes sur la tenue, le maquillage, les cheveux, les accessoires à prévoir, le rappel des consignes administratives (RIB…), la confirmation de leur présence, la préparation des contrats, la signature des feuilles d’émargement, les déclarations à l’embauche… jusqu’au règlement. 

Qui valide les choix ?

Pour les rôles, je montre des essais et mes choix sont validés par le réalisateur. Parfois, on a des différends mais au final, c’est lui qui décide. Pour la figuration, je soumets un trombinoscope. Quand il s’agit de premiers rôles, le directeur de casting a l’entregent pour trouver la bonne personne et faire une véritable chasse.

Racontez-nous un exemple de casting en figuration ?

Pour La lutte des classes avec Edouard Baer, le réalisateur Michel Leclerc dont le scénario raconte sa propre histoire, a tourné à Bagnolet. Il voulait que les habitants soient totalement investis : j’ai cherché parmi les enfants et les parents d’élèves de l’école et dans des associations. Cette immersion totale sur plusieurs jours a été extraordinaire. Des liens se sont créés et j’ai rencontré des personnes dans une mixité totale. 

Un exemple de casting sur des rôles secondaires ?

Même pour des rôles secondaires, certains réalisateurs veulent de vrais gens, comme dans le film de Stéphane Brizet avec Vincent Lindon, La loi du marché. La directrice de casting a été immergée dans le quotidien du supermarché où l’on a tourné ; elle a lancé une campagne auprès des comités d’entreprise et toutes sortes de réseaux pour trouver de vrais conseillers de Pôle Emploi. J’étais en charge des petits rôles et de la figuration : je suis allée dans les missions locales. J’ai pu obtenir un petit rôle pour une femme - employée à l’INSEE - que j’avais trouvée formidable dans de précédentes figurations : elle a même assisté au Festival de Cannes ! 

Un casting record ?

Pour 120 battements par minute, il y a eu deux mois de préparation ; c’était un casting très particulier dans la communauté homosexuelle. J’ai interviewé, photographié et filmé près de 1 000 figurants, soit 1 400 cachets à établir. 

Quelle est la base salariale ?

Notre profession applique les mêmes barèmes que ceux de 1er assistant à la réalisation. Mais selon les productions et les conventions collectives dont ils dépendent, on a un contrat en qualité de 1er assistant à la distribution ou d’associé à la direction artistique. La rémunération est plus importante pour le casting de rôles que celui de figuration, alors que le second est plus fastidieux. La base du tarif syndical sur 39 heures est la suivante :

  • 1389,55€ pour un premier assistant à la distribution des rôles ;
  • 993,80€ pour un second assistant ;
  • 993,80€ pour un chargé de figuration.

Quand j’ai à mes côtés un ou deux assistants, j’ai une enveloppe globale à répartir avec mon équipe. 

Comment négociez-vous vos missions ?

L’estimation de son temps est difficile à faire, en particulier quand on gère à la fois le casting des rôles et la figuration. Mieux vaut prévoir large car le plan de travail reste aléatoire, surtout quand un tournage est annulé et qu’il faut reprogrammer les figurants. Pour les rôles, quand on connaît le réalisateur, c’est plus simple et tout va en général plus vite. Mais quand on choisit un enfant ou un adolescent, trouver la perle rare parmi parfois 600 à 700 jeunes peut prendre beaucoup de temps. C’est par exemple la spécialité d’Elsa Pharaon qui est experte en casting sauvage.

Quelles sont vos dernières actualités à l’écran ?

Dans les dernières sorties, il y a La lutte des classes réalisé par Michel Leclerc avec Leïla Bekhti et Edouard Baer ainsi que Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma qui est présenté au Festival de Cannes 2019… D’autres sont en montage. 
 


picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
Noël approche et les vacances aussi ! Après une rentrée en fanfare sans grandes restrictions...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
16 déc.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
S'y retrouver dans le code du travail
16 décembre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : Le handicap
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?