Port du masque obligatoire : injonction ou pédagogie ?

Ajouté le 08 sept. 2020, par Yasmina Jaafar
Port du masque obligatoire : injonction ou pédagogie ?

Yasmina Jaafar : spéciale Coronavirus sur LCI.
Yasmina Jaafar : spéciale Coronavirus sur LCI.
Yasmina Jaafar : spéciale Coronavirus sur LCI. ©LCI

Depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent, le gouvernement cherche le bon ton pour être compris des Français.

En France et ailleurs

La Covid-19 s'est installée dans nos vies quotidiennes et il est entendu, comme le rappelle souvent le Premier ministre Jean Castex, que nous allons devoir vivre avec le virus. Les mots du deuxième homme de l'État n'arrivent pas par hasard. Parce que le nombre de foyers et de nouvelles infections augmente, les mesures pour lutter contre la pandémie se multiplient. La généralisation du port du masque obligatoire s'intensifie. Les habitudes changent. Pour éviter la grogne, il nous faudra l’accepter et adopter de nouvelles attitudes.
Le masque est en France l'emblème de ce changement de mode de vie. Qu'il soit jetable ou en tissu, il fait parler de lui depuis le mois de février. Pris par surprise, le gouvernement concluait que l'objet ne "servait à rien". La pénurie flagrante imposait le discours. Puis est venue la période de l'injonction/punition puisque pas moins de 135 euros sont demandés aux réfractaires.

Mais en démocratie, comment un État peut-il forcer une population à obéir ? Les politiques semblent hésiter entre l'ordre et la pédagogie mais notre système donne le La. L'information est aussi un levier de taille. Devant une telle nouveauté sanitaire, les connaissances sont minces. Les professeurs de médecines ne sont pas tous du même avis, les politiques tentent de garder le « cap » et les citoyens doivent s'auto éduquer en plus de se responsabiliser. 
Ailleurs, d'autres choix ont été fait. En Suède, au Portugal puis au Pays-Bas, les États ont compté sur la spontanéité des gens. À noter par ailleurs que la défiance contre les élites y est moins forte que dans l'hexagone. S'ajoute à cela le légendaire esprit critique français. 
Il a donc fallu quelques allers-retours pour en arriver à obliger le port du masque en extérieur dans toutes les rues parisiennes et la petite couronne (en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne) depuis le 28 août, 8h. Les villes de Lyon, de Strasbourg et de Bordeaux ont très vite emboîté le pas avec le soutien de la population, mais retoquées par le Conseil d’État. Alors même qu'aux États-Unis, en Allemagne et en France, les militants anti-masques sont de plus en plus nombreux, l'injonction n'est pas rejetée : 76 % des Français sont favorables à cette généralisation. 

Un retour de vacances sous haute tension

L'été reste l'été. La pandémie a marqué les esprits et le confinement tout autant. Beaucoup ont eu besoin de recouvrer leur liberté d'action et de mouvement. Les gestes barrières sont oubliés pour un temps puis le principe de réalité refait surface. Les nouvelles contaminations sont pour certains d'entre eux le résultat d'un relâchement. Certes... mais nous allons devoir dépasser nos craintes habituelles pour arriver à composer avec la maladie.
Rien ne sert de culpabiliser les Français, seule compte la logique et l'urgence de l'instant. Aussi, reste à supposer que malgré les changements de communication de l'exécutif français, les citoyens ont saisi la teneur du problème qui s'est imposé au monde. Et cela continue puisque la France compte 5 000 nouveaux cas par jour depuis fin août. 
Une communication de crise basée sur la peur a été favorisée depuis mars 2020. Stratégie critiquable mais qui a porté ses fruits puisque le port du masque obligatoire s'impose dans notre vie sans trop grande difficulté... pour combien de temps ? 
 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
L’Europe reconfine. La Covid-19 continue sa percée. Le gouvernement Macron n’a pas...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
20 nov.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
La gestion du contrat de travail
20 nov - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?