Rencontre avec Elisha Karmitz, directeur général de MK2

Ajouté le 24 juin 2020, par Florence Batisse-Pichet
Rencontre avec Elisha Karmitz, directeur général de MK2

MK2 Bibliothèque, 162 Avenue de France 128, 75013 Paris.
MK2 Bibliothèque, 162 Avenue de France 128, 75013 Paris.
MK2 Bibliothèque, 162 Avenue de France 128, 75013 Paris. ©MK2

Après trois mois de fermeture, les salles de cinéma ont ré-ouvert le 22 juin. L’occasion de recueillir le témoignage d’Elisha Karmitz qui dirige la société familiale MK2, créée par son père et que préside son frère Nathanaël. Un groupe toujours en mouvement… « S’il y a bien un lieu qu’on n’imagine pas fermé dans une ville, c’est la salle de cinéma ! »

Comment votre groupe s’est-il organisé pour gérer la crise sanitaire en interne ?

MK2 compte en Europe plus de 400 collaborateurs et moins de 200 en France. Notre entreprise a l’habitude de se décrire comme agile, sauf que faire l’expérience de l’agilité dans une période de crise comme celle du confinement, n’est pas la même chose. Pourtant nous y avons réussi. Les différentes filiales sont organisées en départements avec un management intermédiaire et ont adopté une communication classique avec des réunions de crise. Chaque responsable relayait les messages auprès de ses équipes, par téléphone ou en visio-conférence, afin de les informer des grandes mesures et des réflexions stratégiques. En outre, la mise en place de webinars auprès des salariés a connu un grand succès.

Et pour maintenir un lien de proximité avec vos publics, qu’avez-vous mis en place ?

E-Karmitz.jpg (Elisha et Nathanael Karmitz)
Crédit photo : Philippe Quaisse


Par rapports à nos concurrents, depuis quinze ans, nous avons investi dans une vraie rédaction intégrée. Notre magazine Trois Couleurs dispose d’une équipe de journalistes professionnels qui ont l’habitude de réagir face à une actualité chaude. Ils ont été les moteurs créatifs des différentes initiatives mises en place. Cela nous a permis de rester un acteur présent dans le quotidien de nos publics, que ce soit à travers Le Festival à la maison (le meilleur de la culture en films, courts-métrages, podcasts…), MK2 Curiosity (une sélection de films gratuits) ou encore le concours de courts-métrages confinés.

Quels sont les résultats ?

Sur le volume, nous sommes à + de 300 % avec une cible majoritairement urbaine et parisienne. On a constaté un phénomène nouveau : une augmentation de la fréquentation sur les grandes villes suivantes : Nantes, Lille, Marseille et Bordeaux… Quant au profil, nous avons à la fois des jeunes qui ont une soif d’assouvir leurs passions, mais aussi un public de quarantenaires, souvent très cultivés et en quête d’un média exigeant sur la sélection éditoriale, ainsi qu’un public de jeunes parents…  Cette data contribuera notamment à bâtir les piliers de notre évolution digitale.

Quid du concours de courts métrages ?

La consigne était la suivante : tous les courts-métrages devaient inclure la réplique d’Anna Karina dans Pierrot le fou de Jean-Luc Godard : « Qu’est-ce que j’peux faire ? J’sais pas quoi faire ! ». Largement relayé, ce concours a permis de recevoir plus de 600 films. Au vu du taux de participation, on a décerné plusieurs prix : les films primés bénéficient d’une diffusion en salle depuis le lundi 22 et seront projetés sur les écrans extérieurs du MK2 Bibliothèque. Enfin, ils seront programmés lors de séances spéciales permettant de revoir l’ensemble de la sélection. En outre, le lauréat va pouvoir organiser une séance pour célébrer son prix. 

Comment s’est préparée la réouverture ? 

L’annonce de la réouverture du 22 juin - qu’on a apprise en même temps que tout le monde - a suscité l’enthousiasme de nos collaborateurs car s’il y a bien un lieu qu’on n’imagine pas fermé dans une ville, c’est la salle de cinéma ! Concernant les mesures sanitaires, nos billetteries étant déjà dématérialisées, nous avons ré-ouvert avec un parcours 100 % sans contacts ; les jauges sont ouvertes à 50 %. Nous estimons que les spectateurs sont des citoyens suffisamment intelligents pour respecter les distances entre groupes distincts. Et on ne va pas au cinéma pour garder son masque !

Une visibilité sur la reprise ?

Nos problématiques sont les mêmes que celle de la restauration de l’événementiel. Sur la fréquentation des salles, il est très difficile d’avoir au moment de notre entretien, des indicateurs ou des tendances. Vraisemblablement, pour nos salles parisiennes, le public sera au rendez-vous. Et les films aussi. À ce titre, il faut saluer le travail des distributeurs français. Car le fait d’avoir une production locale nous permet d’être moins dépendants des productions américaines et de bénéficier d’une offre de films particulièrement attrayantes. En gros, il n’y a que 2 ou 3 films américains sortis durant la période, beaucoup moins de ce que nous avons habituellement. Les salles vont ré-ouvrir prochainement mais vu que l’offre n’est pas au rendez-vous, on aura deux à trois mois difficiles.

Et pour cet été, verra-t-on le retour des projections Cinéma Paradiso ?

L’opération dans la cour Carrée du Louvre qui devait être reconduite a été annulée, avant même qu’on ne l’annonce. Toutefois, nous prévoyons dans le courant de l’été, des opérations en plein air, notamment dans Paris.

D’autres actualités prévues ? 

Nous avançons dans les technologies immersives : elles sont cœur de notre stratégie et vont considérablement se développer. Nous lançons aussi un concept d’hôtel cinéma de 36 chambres au MK2 Nation, dont l’ouverture a été repoussée à fin 2020, avec toujours nos love seats, larges fauteuils pour deux. Enfin, on lance en septembre, le MK2 Institut avec Guy Walter, le fondateur de la Villa Gillet. Il nous a rejoints pour développer le volet de notre activité conférences qui sera élargie aux sciences humaines et à la littérature.

Se renouveler, c’est savoir s’entourer…

Pour renforcer nos équipes, nous avons fait appel à Rosalie Varda (fille d’Agnès Varda et de Jacques Demy, une amie et personne proche de notre famille comme conseillère : elle va représenter le catalogue MK2 au niveau mondial. Et pour l’aspect R&D dans le domaine du son, nous avons recruté Jean-Christophe Thiéfine, qui était le producteur des podcasts chez Spotify France. Il assumera cette nouvelle fonction chez MK2. Les premiers projets verront le jour d’ici la fin de l’année. 

Un commentaire sur Netflix qui fut, contre toute attente, le coup d’éclat de MK2 ?

Nous n’avons pas obtenu de chiffres de visionnage mais l’accueil est positif : les films de Truffaut, Jacques Demy ont remonté très haut dans le classement.

 

Pour en savoir plus sur les programmations, les dates de conférences et événements : www.mk2.com

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
La Covid-19 circule en France. Même maitrisé, le nombre de foyers augmente un peu...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
25 juin
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Cotisations sociales et COVID-19
25 juin - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?