Rencontre avec Kevin Guérin : un numérique responsable, c’est possible

Ajouté le 27 sept. 2022, par Kevin Guérin
Rencontre avec Kevin Guérin : un numérique responsable, c’est possible

Une étude The Shift Projet de 2018, a estimé que l’impact environnemental du numérique représentait 4 % des Gaz à effet de serre en 2020.
Une étude The Shift Projet de 2018, a estimé que l’impact environnemental du numérique représentait 4 % des Gaz à effet de serre en 2020.
Une étude The Shift Projet de 2018, a estimé que l’impact environnemental du numérique représentait 4 % des Gaz à effet de serre en 2020. ©AlexBrylov

Le numérique fait désormais partie intégrante de notre quotidien, et nous offre des avantages considérables. Or il a une face cachée… En effet, la digitalisation a des impacts sur l’environnement. Dans le cadre de sa stratégie environnementale, le Groupe Audiens s’engage, à l’occasion de la Semaine européenne de Développement durable, dans la démarche du numérique responsable. Le Groupe sera accompagné par Kevin Guérin, expert du numérique responsable du cabinet ASVOLA. Nous lui avons proposé de partager ses connaissances sur les effets du numérique et les solutions pour réduire son impact.

Qu’il s’agisse d’entreprises ou d’individus, nous sommes aujourd’hui équipés d’un bon nombre d’outils numériques. Quel est l’impact du numérique sur le plan environnemental ?

Le numérique est devenu incontournable dans nos vies personnelles et professionnelles, il serait très difficile, voire impossible de s’en passer. Pourtant au regard des enjeux de notre société, notamment vis à vis du changement climatique, il est essentiel de s’interroger sur l’ensemble de nos activités humaines.
Ordinateurs, smartphones, objets connectés, … les équipements numériques se démultiplient dans nos foyers et sont tous (ou presque) connectés à Internet. Les antennes relais, réseau fibre ou ADSL permettent alors d’établir le lien vers les centres de données (datacenters) qui hébergent nos services numériques. Plus nous utilisons internet et les services numériques (site internet, vidéo à la demande, mail, messagerie instantanée, …), plus nous avons besoin d’infrastructures qui alourdissent l’impact du numérique. Une étude, The Shift Projet de 2018, a estimé que l’impact environnemental du numérique représentait 4 % des Gaz à effet de serre en 2020 avec une croissance exponentielle de 8 à 9 % par an.
La majeure partie des impacts se situe lors de la fabrication des équipements, et représente 80 % de l’impact environnemental. Il est important de comprendre que l’impact environnemental ne se limite pas aux Gaz à effet de serre et qu’il faut y associer la destruction d’écosystèmes pour extraire terres rares et métaux rares, l’utilisation de milliers de litres d’eau pour construire les composants, le rejet de substances toxiques dans les sols et cours d’eau et enfin la consommation d’énergies primaires pour faire fonctionner engins et usines.
Nous pourrions également aborder les impacts sociaux liés aux tensions géopolitiques sur certaines matières premières générant conflits armés, les conditions de travail d’une majorité de la main d’œuvre ou l’impact sur la santé des habitants autour des zones de production.

Qu’est-ce qu’on entend par le « numérique responsable » ?

C’est le développement durable appliqué à l’informatique ! Il s’agit d’une démarche d’amélioration continue qui vise à répondre aux besoins numériques sans compromettre la capacité des générations futures.

L’Institut du Numérique Responsable résume le numérique responsable comme un regroupement de démarches qui visent à :

  • réduire l’empreinte économique, sociale et environnementale du numérique (Green IT et écoconception) ;
  • réduire l’empreinte économique, sociale et environnementale d’autres processus grâce au numérique (IT for Green) ;
  • créer de la valeur économique, sociale et environnementale grâce au numérique (conception responsable).

Quelles seraient les 3 bonnes pratiques en entreprise et au niveau individuel à mettre en place immédiatement ?

Que l’on soit entreprise ou particulier, l’impact du numérique étant lié majoritairement à l’impact du matériel, la première bonne pratique est de prendre soin de ses équipements électroniques afin de les faire fonctionner le plus longtemps possible. Réparer, ajouter de la mémoire, changer de disque dur, changer de système d’exploitation… de multiples actions sont possibles pour ne changer que certaines pièces plutôt que l’intégralité de l’équipement.
Pour aider à prendre soin de ses équipements, la seconde bonne pratique est de supprimer tout ce qui est devenu obsolète ou inutile. Qu’il s’agisse d’une application, d’un fichier bureautique, d’une vidéo, d’une photo ou d’un mail, … tous ces éléments consomment des ressources de stockage, de mémoire et/ou de processeurs. En libérant ses ressources mal utilisées, vous les libérez pour d’autres usages et éviter la production de nouveaux matériels.
Que vous produisiez des documents informatiques (Texte, tableur, vidéo, photo, mail, …) ou que vous consommiez des services (Sites internet, VOD, Visio,…), chaque action numérique à un impact générant l’augmentation des infrastructures. Observez vos usages du numérique, analysez vos activités préférées et questionnez-vous ? Que pourriez-vous faire différemment ? Parler à mon collègue plutôt que de lui envoyer un mail, baisser la qualité des vidéos que je regarde, privilégier le wifi plutôt que les données mobiles. 

Le télétravail, a-t-il allégé l’impact numérique ou au contraire l’a augmenté ?

Nous manquons encore de recul et d’études pour affirmer l’un ou l’autre. Ce que j’ai constaté auprès de plusieurs clients, c’est que le télétravail a accéléré le remplacement d’ordinateurs fixes par des ordinateurs portables (plus fragiles et moins réparables), démultiplié le nombre équipements par utilisateurs notamment sur les imprimantes personnelles à domicile, et populariser la visio conférence très consommatrice de données et bande passante.
Néanmoins certaines études montrent que le télétravail a permis d’économiser un nombre important de trajets domicile-travail et nous aurions un gain environnemental positif malgré l’augmentation du numérique. Ces études ne prennent pas vraiment en compte l’augmentation des trajet domicile-loisirs qui ont augmenté avec le télétravail. Par ailleurs, d’autres études évoquent des problématiques sociales liées au télétravail avec une diminution des liens sociaux allant vers l’isolement dans certains cas. C’est pourquoi il est important d’avoir une approche systémique pour répondre à ce genre de question.

Photo_Kevin_148_web.jpg

Depuis 2007, Kevin Guérin s’intéresse à l’impact environnemental du numérique et fonde en 2017 ASVOLA, cabinet qui accompagne les organisations vers une transition numérique plus écologique. Il fonde également le Cyber World CleanUp Day, qui est la journée de sensibilisation à l’empreinte environnementale du numérique.

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
En avant la Musique ! Voici la nouvelle exposition du Musée en Herbe en partenariat...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
21 oct.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Réussir votre OETH avant fin 2022
21 octobre - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
picto boussole2 minutes pour comprendre...
2 minutes pour bien comprendre la réglementation pour la protection sociale
Afin de vous accompagner un peu plus chaque jour, Audiens présente un nouveau format.
Les questions des étudiants sur : L’auto-entrepreneuriat
Voir la vidéo


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?