Tournages de films en milieux naturels : quels impacts sur la biodiversité ?

Ajouté le 13 févr. 2020, par Charlotte Haroug
Tournages de films en milieux naturels : quels impacts sur la biodiversité ?

Conférence du collectif Ecoprod lors du salon The Production Forum 2020.
Conférence du collectif Ecoprod lors du salon The Production Forum 2020.
Conférence du collectif Ecoprod lors du salon The Production Forum 2020. ©Charlotte Haroug

Présent sur le salon The Production Forum 2020 (anciennement le salon des tournages) au parc Floral de Paris, le collectif Ecoprod organisait une conférence sur l’impact sur la biodiversité des tournages en milieux naturels. Découvrez nos interviews vidéos à la fin de l'article.


Marina Ezdiari, responsable RSE d’Audiens, accueillait ce vendredi 17 janvier 2020 deux intervenants sur la question de l’impact des tournages sur la biodiversité : Guillaume Allaire, réalisateur et fondateur du programme Wild Frame Zéro Impact, et Marin Rosenstiehl, responsable de la Commission du film d’Occitanie.

Guillaume Allaire a été mandaté par le collectif Ecoprod pour travailler sur la question de l’impact des tournages en milieux naturels sur la faune et la flore.

Selon lui, la clé pour réduire l’impact de son tournage au maximum réside dans le dialogue avec les acteurs locaux. Les professionnels de l’audiovisuel n’ont pas l’expertise scientifique et la connaissance du terrain, ils doivent donc s’associer aux spécialistes locaux.
C’est dans cette logique qu’il a emmené ses étudiants de EMC Cinéma tourner un documentaire dans la baie de Somme, site sensible et haut lieu ornithologique.
La démarche écologique mise en œuvre lors du tournage de ce documentaire a donc servi d’outil d’observation à Ecoprod, tant au niveau des progrès réalisés mais aussi des obstacles à surmonter.

Pour être aidés dans cette démarche de réduction d’impact, Guillaume et ses étudiants se sont associés les compétences scientifiques de Philippe Carruette, ornithologue du parc du Marquenterre, mais aussi celles d’acteurs locaux via le bureau d’accueil des tournages de la région des Hauts-de-France.

Ce tournage a fait office de laboratoire pédagogique en temps réel, ce qui leur a permis de tester, dans des conditions réelles de tournage, différentes solutions pour trouver le meilleur équilibre entre praticité et réduction d’impact.

Déplacements des équipes et du matériel en vélo électrique, utilisation d’équipements légers d’expédition, ce test grandeur nature a permis à Guillaume et ses étudiants de prouver qu’un tournage écoresponsable, c’est possible, et que l’écoproduction peut aussi servir l’aspect artistique du film.

Marin Rosenstiehl, responsable de la Commission du film d’Occitanie, soutient lui aussi que le meilleur moyen de limiter l’impact environnemental d’un tournage est de se rapprocher des experts du terrain sur lequel il va avoir lieu. Pour lui, un travail de pédagogie auprès des équipes de tournage est primordial : elles ne connaissent pas les spécificités du terrain et encore moins les enjeux environnementaux auxquels elles vont pouvoir faire face. Le travail est donc là : alerter avec pédagogie en amont, car les impératifs de protection de l’environnement vont conditionner le tournage dès les repérages. Cette anticipation est, selon Marin, une des clés de la réussite d’un tournage éco-conçu : les acteurs locaux sont multiples, les réglementations strictes et les autorisations sont souvent longues à obtenir. Dans le but de faciliter l’organisation responsable des tournages, des agents de terrain sont mis à la disposition des équipes de tournage afin de les accompagner sur ces zones, et de leur indiquer ce qu’il est possible de faire ou non, afin de préserver le site.


Pour Guillaume Allaire comme pour Marin Rosenstiehl, le facteur indispensable est donc bien le temps, élément essentiel à l’organisation d’un tournage respectueux du milieu naturel dans lequel il a lieu.

Guillaume Allaire

Guillaume Allaire.jpg
Réalisateur de documentaires animaliers, il est aussi formateur à l’EMC, ou il développe le projet Wild Frame qui vise à former les étudiants à tourner dans des milieux naturels, en prenant en compte l’impact du tournage et en ayant pour but de le réduire au maximum.

Marin Rosenstiehl

Marin Rosenstiehl.jpg

Responsable de la Commission du film / Occitanie films/ Accueil des tournages.

 

Capture4.JPG

 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
La crise actuelle liée à la pandémie Covid-19 qui traverse le monde entier oblige...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
02 avr.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Déclaration des salaires & Coronavirus : les solutions
02 avril - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?