Marie de Hennezel : Déconfinement des seniors

Ajouté le 22 avr. 2020, par Marie de Hennezel
Marie de Hennezel : Déconfinement des seniors

Marie de Hennezel : Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir.
Marie de Hennezel : Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir.
Marie de Hennezel : Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir. ©Erwan Floc'h

Nous sommes passés très près d’une mesure arbitraire dont les conséquences auraient été catastrophiques pour l’image positive du vieillissement que je défends, aux côtés d’Audiens, depuis plus de 10 ans.

Je veux parler de cette annonce d’un prolongement du confinement, au terme non défini, pour les plus de 70 ans, annonce sur laquelle le Président de la République, puis le gouvernement sont finalement revenus. Il a fallu des réactions très vives, dont celle d’Axel Kahn dénonçant l’anti-constitutionalité d’une telle mesure, et ma tribune dans le Figaro du 17 avril dernier, suivi d’un tollé général des séniors, pour que le critère de l’âge soit en fin de compte abandonné.
Car ce critère est éminemment injuste et discriminatoire. 

Injuste parce que l’on ne peut lier la notion de fragilité à l’âge. L’étude du professeur Claude Jeandel du CHU de Montpellier montre qu’il y a plusieurs manières de vieillir. Beaucoup de seniors âgés ont un « vieillissement robuste », avec des réserves fonctionnelles, et des capacités de résilience intactes. En revanche des personnes de 50 ou 60 ans peuvent être fragiles, avoir des poumons abîmés par le tabac, de l’hypertension, du diabète et être obèses. Il faut donc privilégier, dit-il, les trajectoires individuelles plutôt qu’une catégorisation par tranche d’âge.

C’est pour aider leurs retraités à bien vieillir que le Groupe Audiens propose tout une action de prévention de la fragilité et de la perte d’autonomie. Je suis témoin de la volonté de toute une génération du 3° âge de mettre en œuvre les stratégies qui leur permettent de rester en santé, de garder le goût de vivre, de rester actif, utile à leurs enfants et à la société, notamment à travers leur investissement dans le milieu associatif.

Discriminatoire, car il laisse entendre que les seniors sont des citoyens de second rang, qu’il faudrait protéger comme s’ils n’étaient pas capables de prendre leurs responsabilités et d’évaluer les risques qu’ils sont prêts à prendre. 

À voir aussi

picto boussoleLa chronique de...
Psychologue clinicienne, conférencière et écrivaine spécialiste du bien vieillir...


picto lumièreLumière sur...
Emmanuel Macron a hésité. Le confinement numéro 3 devait être décidé dans les prochains...


webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
picto microWebconférences
webconferences audiens protection sociale entreprises et particuliers
18 déc.
ACTUALITÉ DE LA PROTECTION SOCIALE
Les obligations réglementaires de fin d'année
18 déc - Inscrivez-vous
Découvrir les autres webconférences

Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
picto boussoleLes aventures de Fred et Bouly
Les aventures de deux intermittents du spectacle, Fred et Bouly
La protection sociale abordée avec humour : c'est possible !
Le Contrepoids, l'aide aux aidants
Voir l'épisode #07


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?


picto choix sondageSondage
100% santé : êtes-vous suffisamment informé ?